Covid-19 en France : pour le professeur Delfraissy, « il est temps que le confinement se termine »

Dans un entretien publié dimanche par Le Figaro, le président du Conseil scientifique sur le Covid-19, Jean-François Delfraissy, déclare qu’il est « temps que le confinement se termine ». Selon le professeur, c’est « indispensable pour des raisons sociales, sanitaires et aussi économiques ».

À deux semaines du début du déconfinement des Français, prévu le 11 mai, les questions restent nombreuses. Le Conseil scientifique sur le Covid-19, chargé d’éclairer l’exécutif et présidé par le professeur Jean-François Delfraissy, a livré samedi soir ses recommandations pour une « levée progressive et contrôlée du confinement ».

Dans un entretien publié dimanche par Le Figaro, Jean-François Delfraissy indique qu’il « faut sortir du confinement. C’est indispensable pour des raisons sociales, sanitaires et aussi économiques. » Et d’ajouter : « Pour autant, la maladie circulera toujours après le 11 mai. Si le déconfinement a lieu, c’est parce que les conditions sont réunies. »

Si, selon lui, le confinement a sauvé des vies, « on ne peut pas occulter les côtés négatifs, sociétaux mais aussi sanitaires. Nous avons constaté un grand nombre de renoncements aux soins dont les conséquences ne sont encore mesurables. »

Les deux prochains rapports du Conseil, qui tient un rôle consultatif, devraient porter sur les critères de suivi et d’alerte des cas de Covid-19 et sur l’organisation des vacances et de la rentrée de septembre.

En divergence notable avec les choix gouvernementaux, le Conseil a notamment préconisé, samedi, que crèches et établissements scolaires restent fermés jusqu’en septembre. Mais il a pris « acte de la décision politique » de les rouvrir progressivement dès le mois de mai, en « prenant en compte les enjeux sanitaires mais aussi sociétaux et économiques ».

Au-delà des questions scolaires, le Conseil scientifique préconise d’autoriser les déplacements entre régions par transports en commun si les mesures de précaution sont respectées. Il déconseille cependant « fortement » les déplacements internationaux pendant encore quelques mois.

En France, la pandémie de coronavirus a causé la mort de 22 856 personnes depuis début mars, mais le bilan des dernières 24 heures est en net recul avec 242 décès supplémentaires enregistrés.