Covid-19 : des masques chirurgicaux et FFP2 qui s’auto-décontaminent

L’Inserm et l’Université de Lille ont travaillé avec une entreprise basée à Troyes pour mettre au point des masques virucides qui neutralisent le virus dès qu’il entre en contact avec leur surface. Ces masques réduisent 99.9% du virus en moins de 5 minutes.

Depuis hier, il est possible de se procurer des masques antiviraux et antibactériens capables de neutraliser le covid-19 et ses variants dès qu’ils entrent en contact avec le masque. Ils permettent de réduire la charge virale de 99,9% en moins de 5 minutes.
Sur le même sujet
Coronavirus (covid 19) : direct en France
DIRECT. Covid-19 en France ce 24 février : chiffres, annonces

Ces masques ont été fabriqués par l’entreprise BioSerenity basée à Troyes qui produit des masques depuis le début de l’épidémie. App, ce masque à double action filtrante et décontaminante a été conçu par l’Inserm en collaboration avec deux laboratoires de l’Université de Lille. Conformes aux normes de filtration et certifiés comme dispositifs médicaux, ces masques sont destinés en priorité aux personnels soignants et aux malades du Covid-19 en milieu hospitalier.
Des masques chirurgicaux et des masques FFP2

L’intérêt du procédé mis au point par les chercheurs lillois est qu’il permet de rendre virucide la couche filtrante des masques, constituée de fibres très fines, sans détériorer ses propriétés filtrantes. L’une des quatre couches des masques contient une molécule, la cyclodextrine, sur laquelle on peut fixer un agent antiviral et antibactérien qui se retrouve comme « pris en cage ». Cette étape supplémentaire dans la fabrication des masques ne nécessite pas d’équipements de production spécifiques, et s’adapte sans difficultés à des grands volumes industriels. C’est pourquoi la couche virucide a pu être intégrée dans des masques chirurgicaux et FFP2.

Comme l’expliquent les chercheurs, sur le site de l’Université de Lille, « il s’agit en fait d’une évolution d’un procédé déjà breveté en 2011 par les équipes. Le projet qui en était à l’origine avait été initié à l’occasion de l’épidémie de H1N1 de 2009, mais n’avait pas abouti à une industrialisation faute de partenaire, et suite au bilan humain de cette pandémie heureusement limité ».

Y a-t-il un risque avec l’agent virucide ? La quantité d’agent virucide étant plus de cent fois inférieure aux seuils de toxicité légaux, et la couche traitée n’étant en contact ni avec le visage, ni avec l’extérieur, on peut porter ces masques en toute sécurité.

Quel est le coût de ces masques ? Le masque chirurgical de BioSerenity est vendu 0.44 € l’unité et lle masque type FFP2 est vendu 1,49 €. Pour l’instant, il n’est vendu qu’en grosse quantité sur le site de l’entreprise. Mais ces masques seront prochainement distribués en pharmacie pour le grand public.

A lire aussi :

Masques catégorie 1, 2, en tissu : lequel porter à l'école, en entreprise
Covid-19 : l'humidité à l'intérieur des masques est une bonne chose

Inscrivez-vous à la Newsletter de Top Santé pour recevoir gratuitement les dernières actualités