Coup D’État : La Cedeao Invite Le Burkina Faso à Régler Ses Différends Par Le Dialogue, Et Non Par La Violence

292
Single Post


Single Post
Coup d’État : La CEDEAO invite le Burkina Faso à régler ses différends par le dialogue, et non par la violence
La Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui dit avoir suivi avec préoccupation l’évolution de la situation au Burkina Faso, invite ce pays à régler ses différends par le dialogue, et non par la violence. Ce, dans un communiqué signé par le Général Umaro Sissoco Embalo. 

« Au nom de l’Autorité des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, je salue les différentes parties au Burkina Faso d’avoir accepter un règlement pacifique de leurs différends. Je prends note en particulier la décision du Lieutenant-Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba de renoncer à ses fonctions de président du gouvernement de transition du Burkina Faso, afin d’éviter une confrontation violente et un éventuel bain de sang », réagit la CEDEAO.

Ainsi, le président de la République de Guinée Bissau, président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO dit exiger des autorités burkinabè à respecter l’engagement pris avec la CEDEAO.

Embalo affirme que dans le cadre de l’engagement de la CEDEAO pour la paix et la stabilité du Burkina Faso, une délégation de la CEDEAO se rendra audit pays ce lundi 3 octobre 2022. 

« La délégation sera conduite par Son Excellence Mme Suzi Carla Barbosa, Ministre d’État, Ministre des Affaires étrangères de la Guinée Bissau et présidente du Conseil des ministres de la CEDEAO. Elle comprendra également Son Excellence Mahamadou Issoufou, ancien président du Niger et médiateur de la CEDEAO pour le Burkina Faso et S.E. Dr. Omar Alieu Touray, président de la Commission de la CEDEAO ».