Coronavirus : quel est le RO région par région en France ?

On parle beaucoup du R0 depuis le début de l’épidémie de coronavirus. De quoi s’agit-il ? Comment le faire baisser ? Comment évolue-t-il dans les régions ? On a posé la question à un médecin spécialiste.

Depuis le début de l’épidémie de coronavirus (en janvier 2020 en Asie) on parle beaucoup du R0, un indicateur présenté comme le reflet de la vitesse de propagation du Sars-Cov-2, le virus responsable de la maladie Covid-19. Mais de quoi s’agit-il exactement ?
Sur le même sujet
Comment mettre un masque de protection ?
Comment mettre (et laver) un masque de protection ?

En langage médical, on dit que le R0 correspond au taux de reproduction de base d’un virus. En clair : « il s’agit du nombre de personnes qui peuvent potentiellement être contaminées par un individu infecté par un virus » explique le Dr. William Berrebi, gastro-entérologue et hépatologue, et ancien interne des Hôpitaux de Paris.

L’indicateur R0 n’est donc pas spécifique au coronavirus Sars-Cov-2 : on peut le mesurer pour n’importe quelle épidémie virale. « Au plus fort de l’épidémie de coronavirus, à la fin du mois de mars 2020, le R0 était de 2,8 ce qui signifie que chaque personne infectée pouvait transmettre le virus à environ 3 autres personnes, affirme le Dr. Berrebi. À titre de comparaison, le R0 de la rougeole est de 16 et celui de la gastro-entérite est de 17 : ce sont des virus qui circulent beaucoup plus facilement que le Sars-Cov-2 dans la population. »
Le R0 du coronavirus en hausse dans plusieurs régions de France

Quelques repères. Lorsque le R0 d’une épidémie tombe à 0, le virus ne circule plus et l’épidémie s’éteint : a contrario, plus il est élevé, plus l’épidémie prend de l’ampleur. « Lorsque le R0 dépasse 1, on estime que l’épidémie est active : à l’époque, cela correspondait aux départements en orange sur la carte de France, note le Dr. Berrebi. Lorsqu’il atteint 1,5, c’est un seuil d’alerte : cela correspondait aux départements en rouge. »

Aujourd’hui, où en est-on ? Le 11 juin 2020, le R0 du Sars-Cov-2 est tombé à 0,73 « surtout grâce aux mesures de confinement » estime le Dr. Berrebi. Aujourd’hui, le R0 s’approche dangereusement de la limite critique puisqu’il atteint 0,92 sur le territoire métropolitain : en région Normandie, il a même atteint 1,72, selon les chiffres publiés par Santé Publique France ce vendredi 26 juin 2020.

Régions

R0

Auvergne-Rhône-Alpes

1,08

Bourgogne-Franche-Comté

0,81

Bretagne

0,73

Centre-Val de Loire

1,06

Corse

NC

Grand Est

1,01

Hauts-de-France

0,76

Ile-de-France

0,95

Normandie

1,72

Nouvelle-Aquitaine

0,91

Occitanie

0,74

Pays de la Loire

0,83

Provence-Alpes-Côte d’Azur

0,67

Guadeloupe

NC

La Réunion

NC

Martinique

NC

Mayotte

0,80

Guyane

2,5
Coronavirus : comment faire descendre le R0 ?

« La remontée du R0 correspond, selon moi, à un relâchement des gestes-barrières dans la population : en consultation, on voit certains patients sans masques de protection, affirme le Dr. Berrebi. Mon conseil est très simple : portez impérativement un masque de protection lorsque vous vous rendez dans un espace fermé (magasin, restaurant, cabinet médical…) pour limiter la propagation du virus responsable du Covid-19. »

Autre stratégie efficace : tester et isoler chaque malade atteint par le Covid-19 : « si on identifie suffisamment tôt les personnes contaminées à l’aide de tests, on peut (en quelque sorte) sortir ces personnes du circuit et les empêcher de contaminer leur entourage, évitant ainsi une propagation du R0 » – il s’agit là de la stratégie recommandée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) !

Mais pour le spécialiste, il est probable que seule la vaccination permettra véritablement d’éteindre l’épidémie de coronavirus : « c’est grâce à la vaccination que le R0 de la grippe saisonnière est tombé à 0,5 : il est donc très vraisemblable qu’en attendant la vaccination contre le Covid-19, on constate des oscillations permanentes au niveau de cet indicateur-clé ».

Merci au Dr. William Berrebi, gastro-entérologue et hépatologue, ancien interne des Hôpitaux de Paris, auteur du podcast Merci Docteur ! et de Virus-animaux-humains : des liaisons (très) dangereuses – Du SIDA au Covid-19.

À lire aussi :

Coronavirus : deuxième vague « extrêmement probable » selon le Conseil scientifique

Coronavirus et transmission : comment se protéger ?

Vaccin coronavirus (Covid-19) : 8 questions pour comprendre

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes