Coronavirus: les kits de test rapide du Sénégal ne convainquent pas le Directeur de la Santé du Kenya…

Le Kenya n’a pas l’intention de déployer les kits de test rapide de coronavirus développés au Sénégal car ils sont basés sur des « anticorps », selon le e Directeur Général de la Santé du Kenya Patrick Amoth.

De nouveaux tests sérologiques conçus par l’Institut Pasteur de Dakar

L’Institut Pasteur de Dakar (Sénégal) élabore des tests rapides pour dépister le coronavirus chez les cas suspects. Il s’agit d’un partenariat avec un laboratoire britannique… pour un kit qui permettra un test 10 fois plus rapide et surtout moins cher. Leur production à grande échelle et à Dakar sera bientôt lancée.

Mais ce samedi, le Directeur Général de la Santé du Kenya Patrick Amoth a déclaré que les kits du Sénégal sont basés sur des anticorps; protéines que le corps humain produit en réponse à un antigène ou à un corps étranger.

De probables « faux positifs »

Selon le DG, le premier anticorps que le corps produit lorsqu’il est exposé à un virus est appelé IGM. Le deuxième anticorps qui est produit légèrement après deux semaines est l’IGG.

«Celui du Sénégal est basé sur l’IGM mais les pièges de ces kits de test rapide sont que vous avez tendance à produire les anticorps après environ deux semaines, donc vous perdez une opportunité importante pendant 14 jours où vous pourriez être en mesure de retracer des personnes isolées et en quarantaine. Et donc arrêter la transmission de l’infection », a déclaré Amoth.

Il a également noté qu’il pourrait y avoir de fortes chances de faux positifs car les kits de test rapide ne sont pas sélectifs. «Il existe de très nombreux types de coronavirus. Ainsi, même lorsque vous avez un coronavirus qui provoque un rhume léger, le kit rapide l’interprète comme Covid-19. Par conséquent, vous serez diagnostiqué positif au coronavirus, mais vous avez la simple couronne qui provoque un rhume », a-t-il précisé.

Des points positifs soulignés

En outre, le DG a observé que si vous êtes immunodéprimé comme si vous étiez infecté par le VIH ou si vous souffrez de malnutrition ou si vous avez une infection grave comme la tuberculose, votre réponse immunitaire est faible et, par conséquent, elle a tendance à produire moins d’anticorps ou pas d’anticorps du tout. Dans ce cas, si quelqu’un est soumis au test, il se révélera négatif mais pourrait être positif.

« Même si vous avez les anticorps, la preuve n’a pas montré que ces anticorps vous protégeraient de l’infection », a-t-il soutenu.

Il a cependant noté que les kits sont de bons équipements de diagnostic qui peuvent être utilisés à des fins de recherche comme dans KEMRI, ainsi que pour effectuer des enquêtes de séroprévalence. Il s’agit d’enquêtes réalisées pour découvrir la propagation ou l’incidence d’une maladie dans une grande communauté.

Source : the-star.co.ke