Coronavirus : Les fortes recommandation de l’Oms face à la pandémie qui s’étend dans les zones rurales.

Il est connu que le nombre de personnes ayant chopé le coronavirus continue de croître. La maladie, malgré tous les efforts déployés par les Etats dans le monde, étend ses tentacules et fait chaque jour des milliers de cas. Ainsi, consciente que le nombre de cas de Covid-19 en Afrique est en nette hausse et que de plus en plus de pays du continent voient le virus se propager au-delà des capitales, l’Organisation mondiale de la Santé (Oms) a interpelé nos gouvernants pour leur demander de s’investir à fond hors des villes pour éviter que la pandémie ne s’y installe.

‘’S’attaquer aux cas dans les zones rurales qui n’ont souvent pas les ressources des centres urbains posera un immense défi aux systèmes de santé déjà mis à rude épreuve en Afrique. Il y a une grave pénurie de structures de traitement pour les cas critiques de Covid-19 en Afrique’’, a révélé le Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’Oms pour l’Afrique, dans un communiqué parcouru par Dakaractu. 

‘’Alors que les cas de Covid-19 se déplacent hors des zones urbaines, il est nécessaire de décentraliser la réponse et d’accroître la coordination avec les administrations régionales ainsi que de renforcer les systèmes sous-nationaux de réponse aux urgences sanitaires. Les gouvernements et les administrations provinciaux et régionaux doivent être en mesure de coordonner, de retracer les contacts, de contenir les cas et de traiter les patients au niveau local. Le Ghana, le Kenya et le Nigéria ont étendu les tests nationaux à plusieurs laboratoires, ce qui permet de décentraliser le dépistage. La Tanzanie prévoit actuellement une nouvelle expansion à cet égard. L’Éthiopie a même reconverti son laboratoire national de santé animale pour tester le Covid-19’’, a d’ailleurs révélé ledit document.

Document dans lequel l’Oms, dans sa volonté d’inviter les Etats à prendre des mesures anticipatives, a indiqué que ‘’l’endiguement est encore possible. Dans 31 pays, il y a moins de 100 cas cumulés de Covid-19. S’ils continuent à mettre en place un système de détection précoce et des interventions fortes et exhaustives autour de chaque cas, ils peuvent éviter une propagation plus large du Covid-19’’, note ladite organisation.

‘’5 lits pour 1 000 000 de personnes dans les pays Africains, contre 4 000 lits pour 1 000 000 de personnes en Europe’’

Mais cette déclaration de la Directrice régionale de l’Oms pour l’Afrique est motivée par la situation de manque d’infrastructures et d’équipements hospitaliers nécessaires à cette lutte contre la pandémie. Pour preuve, ‘’parmi les 47 pays de la Région Afrique de l’Oms, près de 60 % signalent des cas de Covid-19 à plusieurs endroits, contre environ 21 % il y a deux semaines. Il existe des groupes de cas et une propagation communautaire dans au moins 16 pays. L’Oms constate que le nombre total de lits dans les Unités de soins intensifs (Usi) disponibles pour être utilisés pendant le Covid-19 dans 43 pays d’Afrique est inférieur à 5 000. Cela représente environ 5 lits pour un million de personnes dans les pays concernés, contre 4 000 lits pour un million de personnes en Europe. Dans la plupart des pays, les patients de Covid-19 en état critique sont traités dans les Unités de soins intensifs. Dans 41 pays, qui ont fait rapport à l’Oms, le nombre de ventilateurs fonctionnels dans les structures de santé publique est inférieur à 2 000’’.

D’ailleurs, ladite institution mondiale a aussi fait part d’une analyse préliminaire des décès dus au Covid-19. Celle-ci, selon elle, a révélé que ‘’plus de la moitié (55 %) des décès signalés concernent des personnes de plus de 60 ans. Et pourtant, ils ne représentent que 16 % du total des cas. Cela pourrait indiquer que les Africains plus âgés courent un risque plus élevé de mourir du Covid-19’’.

L’Oms s’est engagée à continuer à fournir un soutien technique et logistique aux pays. C’est dans ce cadre qu’elle a annoncé sa volonté d’expédier, dans les prochains jours, à 30 pays africains un million de masques supplémentaires donnés par la Chine, ainsi que suffisamment d’Equipements de protection individuelle (Epi) pour chaque pays afin de traiter 100 patients de Covid-19. Expédition qui sera organisée en collaboration avec le Programme alimentaire mondial (Pam), renseigne l’Oms.