Coronavirus : le tocilizumab améliore le pronostic des patients modérés et sévères

Un médicament prometteur contre le Covid ? Le tocilizumab, utilisé dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, montre des résultats encourageants, annonce l’AP-HP. Il pourrait être efficace pour contrer l’orage de cytokines, qui conduit au décès des patients.

Plusieurs équipes de recherche dans le monde tentent d’identifier des molécules (appelées immuno-modulateurs) capables de contrer l' »orage de cytokines », une sur-réaction du système immunitaire, qui se manifeste par une poussée inflammatoire brutale à l’origine de la dégradation de l’état de santé pulmonaire des patients sévères.

L’AP-HP a lancé le 3 avril l’essai CORIMUNO-19. Son objectif : déterminer quels médicaments pourraient éviter aux malades modérés ou sévères d’évoluer vers un état sévère et, chez des malades en réanimation, accélérer leur sortie de réanimation. Des essais randomisés contrôlés multicentriques ont débuté le 27 mars 2020.

L’AP-HP annonce ce 27 avril que le tocilizumab, un médicament utilisé dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, a donné de premiers résultats encourageants : il « améliore significativement le pronostic des patients avec pneumonie COVID moyenne ou sévère », indique un communiqué de presse de l’AP-HP.

« Il a été constaté que les patients traités par tocilizumab présenteraient moins de besoin d’assistance de ventilation et auraient un taux de décès plus bas au cours des 14 jours de suivi. Il s’agit du premier médicament testé pour lequel un effet significatif est observé dans le cadre d’un essai clinique. Ces premiers résultats encourageants doivent encore faire l’objet d’une publication », réagit ce 27 avril le ministère de la Santé.

Le traitement a été administré à 65 patients Covid hospitalisés pour une pneumonie moyenne ou sévère, et comparé à un autre groupe de 64 patients, qui prenaient le traitement habituel. Le tocilizumab est un anticorps monoclonal qui bloque le récepteur de la cytokine interleukine-6.

« Les résultats de cet essai vont être soumis pour publication dans un journal à comité de lecture. Ces résultats devraient être confirmés de manière indépendante par des essais supplémentaires. Compte tenu du contexte de la pandémie, les chercheurs et le promoteur se sont sentis obligés, d’un point de vue éthique, de communiquer ces informations, en attendant l’examen par les pairs tout en continuant le suivi plus long de ces patients », précise l’AP-HP.

D’autres essais CORIMUNO testant d’autres inhibiteurs des récepteurs de l’IL-6 et d’autres immunomodulateurs sont actuellement en cours d’analyse.

Inscrivez-vous à la Newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes légères et gourmandes