COALITION DIISSOO : « A qui profite la théâtralisation et le timing du reportage de la BBC ? »

La coalition Diisso a, sous la présidence de son coordonnateur, Modou Diagne Fada, émis quelques observations dans le fond et la forme du reportage de la Bbc et adopté une position sans équivoque sur la polémique créée autour du pétrole sénégalais.

« Sur le plan de la démarche journalistique pure, il nous paraît surprenant voire grave qu’un média de renommée mondiale comme la BBC puisse réaliser un reportage d’une pareille sensibilité, sans daigner tendre le micro ni aux mis en cause, ni aux représentants de l’état Sénégalais, a fortiori aux experts en la matière. Le choix délibéré de BBC d’aller vers des opposants réputés du régime en place augure dès le début du caractère tendancieux de ce documentaire…« , ouvre le communiqué parvenu à senego, avant que la coalition Diissoo ne déplore l’interpellation du Pdg de Bp en pleine rue. Un procédé atypique, une approche inique qui, selon les amis de Fada, relève plus d’une théâtralisation pour une consommation émotionnelle que d’un réel souci informatif et met à nu le caractère manipulateur d’une telle enquête.

Constats faits, Fada et Cie rappelle que la « signature des contrats d’exploitation allouant à Petro Tim Limited les blocs Saint-Louis offshore profond et Cayar offshore profond, est antérieure au pouvoir du Président Sall et est le fruit de négociations avancées entre le gouvernement d’alors et Tullow oil. Que la cession des licences à Petro Tim, au détriment de Tullow oil, engendre depuis lors, une guerre ouverte des géants qui s’embarrassent peu de la stabilité institutionnelle et sociale du Sénégal. »

Poursuivant, Fada précise que « Macky Sall qui a promu une politique énergétique adossée à des mesures hardies comme l’admission l’Itie, la publication sans exclusive de tous les contrats miniers et pétroliers depuis septembre 2016 et la création du Comité d’orientation stratégique du pétrole et du gaz COS PETRO GAZ, ne saurait faire autre que faire ouvrir une information judiciaire, ponctuant ainsi, cette batterie d’initiatives qui résolument, place la transparence et l’équité au centre de la gestion de ces nouvelles ressources stratégiques. De ce fait, le timing de ce débat suscité à l’entame du dialogue leur fait se demander à qui profite le crime.