Cité «Imbécile » à Hann: 2071 personnes interpellées par les gendarmes, armes blanches et produits prohibés saisis

669

Une nouvelle opération de coup de poing ! Après l’ancienne piste et Keur Massar, le Haut-commandant de la gendarmerie, Moussa Fall a donné une autre instruction. Cette-fois, les pandores ont fait une descente à la cité dite «Imbécile» sise à Dakar dans la commune de Hann Bel-Air. Plusieurs personnes sont arrêtées et conduits à la gendarmerie des Maristes en vue de leurs identifications et éventuellement pour les enquêtes nécessaires. Des armes blanches et des produits prohibés ont été saisis.

Commandant de la Légion de gendarmerie Ouest, Lieutenant-Colonel Abdoul Mbengue a fait le bilan de l’opération. Laquelle s’est déroulée, ce samedi 3 juillet, de minuit à 6 heures du matin. « L’évocation du nom de la Cité est assez révélatrice des activités illicites s’y passent. Et pour faire ladite opération, nous avons mobilisé 422 gendarmes, 56 véhicules et 6 chiens. A l’issue, nous avons interpellé 2071 personnes dont 115 femmes. Toutes ces personnes interpellées sont originaires de 7 pays dont le Sénégal », a-t-il d’emblée renseigné.

Gourdins, coupe-coupes, pieds de biche, des câbles électriques…

Selon toujours sa déclaration, 28 personnes ont été arrêtées pour des infractions à la loi pénale notamment 3 pour recel, 16 pour détention et port d’armes blanches et 9 pour détention et usage de chanvre indien.

« Parmi le matériel saisi, nous avons des gourdins, des coupe-coupes, des pieds de biche, des câbles électriques qui pourraient appartenir au Train express régional (Ter) mais c’est à confirmer, un moteur hors-bord et 22 cornets de chanvre indien », énumère le Lieutenant-Colonel Abdou Mbengue. Il précise tout de même : « Ce qu’il faut noter est que dans la cité, il y a des personnes qui n’y habitent pas mais qui ont érigé des blocs de baraques loués à 25 mille FCFA la chambre. Parmi les locataires, il y en a qui trouvent d’autres personnes qu’ils hébergent et qui payent entre 7000 et 7500 FCFA. C’est ce qui occasionne la promiscuité et la précarité dans la cité ».