Cigarette électronique : Le vapotage et ses risques

145

Parce que les dangers liés au tabagisme sont aujourd’hui réels, beaucoup de fumeurs se ruent vers la cigarette électronique. Pourtant, le professeur Abdoul Aziz Kassé insiste sur le fait que ‘’vapoter’’ présente les mêmes risques. La cigarette électronique est considérée depuis sa mise sur le marché comme une aide au sevrage tabagique. Mais aussi, comme celle des nantis avec moins  de risques. Que nenni. Dans plusieurs forums scientifiques, ses effets néfastes sur la santé sont décriés. 
En France par exemple un rapport récent de la Commission Européenne a demandé un durcissement de la réglementation.
Vers les années 2000, elle a été mise sur le marché. Encore appelée la vapoteuse, beaucoup l’utilisent pour sevrer leur tabagisme. « Avec la cigarette électronique, l’arrêt de la cigarette est plus aisé. Ce dispositif n’est aujourd’hui pas considéré comme un produit du tabac, puisqu’il ne produit pas de la fumée, mais une vapeur d’eau. 


Dangers de la cigarette électronique dans le sevrage tabagique


En 2020, un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (Oms) pointait du doigt les effets négatifs de la cigarette électronique, bien que toute la lumière ne soit pas encore faite sur ses effets à long terme. Selon ce rapport, elles exposent à plusieurs conséquences. Les adolescents, dont le développement cérébral n’est pas totalement achevé sont exposés. Elle altère le développement du fœtus chez la femme enceinte et augmente le risque de pathologies cardiaques et pulmonaires. De plus, le vapotage passif pourrait exposer les personnes aux effets de la nicotine et à des produits chimiques dangereux, tels que le glycol selon un rapport de l’Oms sur les dangers de la cigarette électronique. Parallèlement, ce rapport  notifie : « dire que la cigarette électronique, aide au sevrage tabagique pour les fumeurs, pourrait devenir une incitation à fumer chez les plus jeunes. Ce rapport, qui est loin de faire l’unanimité au s**n de la communauté scientifique et médicale, oriente les fumeurs vers les substituts de nicotine (patchs, gommes), plutôt que vers la cigarette électronique ». 
Le rapport de l’Oms n’incite pas à se tourner vers la cigarette électronique, car les effets à long terme de son usage restent encore mal connus selon les spécialistes.