« Ce n’est pas parce qu’on persiste qu’on est dans le vrai et le droit… »

1829
« Ce n’est pas parce qu’on persiste qu’on est dans le vrai et le droit… »


Persister à entretenir le débat sur l’ethnie et la région est un s*****e : il faut arrêt cette mascarade. Un homme politique d’envergure nationale n’a pas à tenir ce discours.

Evoquer son métissage n’est pas un argument plausible pour réfuter l’accusation d’ethno-stratégie, car ceux qui utilisent cette stratégie le font juste pour des raisons politiques. Hitler a persécuté les Juifs, pourtant des études ont révélé ses origines juives. Les liens entre Hutsi et Tutsi sont plus forts que les liens entre joola, sérère, wolof et Pular.

Et pourtant l’une des plus grandes tragédies est arrivée à cause de leurs affrontements fratricides. Arrêtons ce discours, c’est malsain. Il faut de la pudeur aussi en politique. Personne ne nous imposera un agenda et un discours sur l’ethnicité et le régionalisme. Il y a suffisamment de thèmes et d’enjeux qui doivent nous tenir en haleine. Soyons républicains, patriotes et démocrates jusqu’au bout.

Arrêtons de dire qu’il fallait dénoncer les Penda Ba, Cissé lo, Madiambal et consorts, les esprits libres les ont dénoncés à l’époque avec véhémence : c’est ce qu’on appelle regarder dans e trou de la serrure. Et puis le mal ne devient pas bien parce qu’il est pratiqué par tel ou tel autre. C’est de l’enfantillage.

Nous devons arrêter de tenter de monter des sénégalais contre d’autres, dans l’espoir d’en tirer des dividendes politiques. Cet exercice de décompte funèbre avec comme base l’ethnie et la région n’est pas seulement absurde et indécent, c’est faux. Archifaux ! Juste une béquille politique. Combien de victimes lors des manifestations contre Wade ? D’où sont-ils originaires ? Combien sous Diouf ? Sous Senghor ?

(voir lien ci-dessous)

Le nombre de victimes dans les opérations de maintien de l’ordre dépend de facteurs objectifs (constants) et d’autres conjoncturels : l’ampleur et la violence des manifestations, la formation des agents de sécurité, le climat social dans la zone, etc. Le maintien de l’ordre en zone de guerre est infiniment plus délicat qu’en zone de paix : le nier, c’est faire preuve de cécité ou de mauvaise foi. Il n’y a guère longtemps l’armée était en train de démanteler des bases rebelles : qu’est-ce que ça fait dans la tête d’un militaire chargé de maintenir l’ordre dans cette zone ? T**r un manifestant est complètement impardonnable, mais on ne peut pas mettre ça sous le compte de la haine ethnique ou régionaliste. Arrêtons ce débat malsain, ça risque de nous dévier de l’essentiel, à savoir l’unité nationale et le progrès de notre pays.

Nous sommes des hommes avant d’être Sérères, Wolofs, Pular, Jola, Socé, Baynounk, etc. Je n’ai pas encore vu un mouton wolof, un cheval sérère, une vache jola ou un âne qui parle mandingue. C’est bien parce que nous sommes des humains que nous être ceci ou cela. La plupart de ceux qui manipulent cette notion ne savent même pas ce qu’elle signifie. Mais ils doivent avoir au moins que l’ethnie n’est pas une nature, c’est une création culturelle, donc elle est dynamique. L’ethnie n’enferme guère la personne : on peut changer d’ethnie si on le veut, comme on peut renier sa propre culture. Suis-je vraiment sérère si rien dans mon verbe, dans mon habillement, dans mes mœurs et croyances ne reflètent ma sérérité ? Voilà pourquoi nous sommes tous métissés. Arrêtons ce cirque avant qu’il ne se transforme en tragédie. L’ethnie n’est qu’une des multiples formes de « communautisation » (Weber) qui rythment et façonnent la vie sociale des hommes.

La m**t d’un homme est une tragédie. Il faut dénoncer et combattre ceux qui tuent des manifestants, mais il ne faut pas en profiter pour Les morts n’ont ni ethnie ni nom : ils sont des dépouilles. S’égosiller sur l’origine ethnique ou régionale des morts suite à des manifestations, c’est indécent. C’est ce qu’on appelle le cannibalisme intellectuel ou historique consistant à exploiter la m**t d’autrui à des fins idéologiques, politiciennes. Arrêtons ce discours par la grâce de Dieu, ça ne mène à rien sinon à la catastrophe ! Macky Sall ne sera plus Président de la république dans quelques mois, mais il ne faut pas que la course à sa succession soit un blanc-seing à la permissivité langagière. La victimisation n’est pas un projet politique viable, tôt ou tard il faudra s’arrêter, de gré ou de force. Soyons plus humbles, ce pays a une histoire politique d’une richesse mal connue, on ne peut pas faire comme si on était le commencement et la fin de l’histoire.

* Par Alassane K KITANE