Cancer : le nombre de cas augmente chez les femmes

L’incidence du cancer reste stable chez les hommes mais augmente considérablement chez les femmes. C’est le cancer du poumon qui enregistre la plus forte progression avec 5,3 % de cas en plus.

La nouvelle édition du rapport « Estimations nationales de l’incidence et de la mortalité par cancer en France métropolitaine entre 1990 et 2018 » publié par Santé publique France et l’Institut national du cancer montre pour la première fois depuis 1990 une augmentation du nombre de cancers chez les femmes. Si l’incidence, tous cancers confondus, est stable chez l’homme (+ 0,1 % par an) elle s’accroît chez la femme (+ 1,1 % par an). La mortalité tous cancers confondus baisse, elle aussi, de manière plus prononcée chez l’homme (-1,8 % par an) que chez la femme (-0,8 % par an). « En 2018, on estime à 382 000, le nombre de nouveaux cas de cancer (54 % chez l’homme, 46 % chez la femme) et à 157 400, le nombre de décès par cancer (57 % chez l’homme, 43 % chez la femme) » souligne ce rapport.

Sur le même sujet

11 mesures contre le cancer

11 mesures pour réduire les risques de cancer

En augmentation : les cancers du pancréas, du rein, de la peau

Autre enseignement tiré de ce rapport : certains cancers liés à des facteurs de risques évitables (le tabac, l’alcool, l’alimentation et l’exposition aux UV) sont en augmentation, sans baisse de la mortalité.

  • Le cancer du pancréas : + 3,8 % par an chez la femme et + 2,7 % par an chez l’homme avec une hausse de la mortalité chez la femme de + 1,2 % par an.
  • Le cancer du rein : + 1,4 % par an chez la femme et + 1,7 % par an chez l’homme avec une tendance récente à l’augmentation de la mortalité chez l’homme.
  • Le mélanome cutané : lié aux expositions aux rayonnements ultraviolets (UV) naturels et artificiels, il voit son augmentation plus marquée chez l’homme (+ 4,0 % par an) que chez la femme (+ 2,7 % par an) depuis 1990, aboutissant pour la première fois en 2018, à une incidence identique chez l’homme et chez la femme, avec dans le même temps une stagnation de la mortalité.

Une baisse de la mortalité pour 4 cancers

Grâce à des diagnostics plus précoces et des avancées thérapeutiques, un certain nombre de cancers parmi les plus fréquents voient leur mortalité baisser :

  • Le cancer du sein, avec une mortalité en constante diminution depuis 1990 (-1,3 % par an) alors que son incidence augmente de 0,6 % par an.
  • Le cancer colorectal, avec un recul conjoint de la mortalité et de l’incidence chez les hommes et de la mortalité seule chez les femmes.
  • Le cancer de la prostate, avec une baisse de la mortalité (-3,7 % par an entre 2010 et 2015) et également de l’incidence (-3,5 % par an entre 2010 et 2015).
  • Le cancer du col de l’utérus avec une baisse de la mortalité (-2,1 % par an) et également de l’incidence (-1,8 % par an) qui toutefois n’est pas homogène dans le temps et est plus faible chez les femmes de 50 et 60 ans.

A lire aussi :

Cancer ORL : les femmes en meurent plus

Cancer du col : le vaccin est crucial selon l’OMS

Ne ratez aucun article de Topsante.com en recevant directement une alerte via Messenger