Une campagne pour le port du préservatif suscite la polémique en France

0

Une campagne de sensibilisation du ministère français de la Santé publique est l’objet de nombreuses critiques chez nos voisins. L’une des “7 bonnes raisons de garder un préservatif sur soi’ est particulièrement décriée.”Cela t’évitera d’annoncer à l’infirmière ou au médecin que tu as eu un rapport non protégé”, une bonne raison d’utiliser un préservatif?

C’est en tout cas un argument avancé par le ministère français de la Santé publique via le site On SexPrime. Un message moralisateur pour de nombreux internautes. “Vous enfoncez le clou en insinuant que c’est honteux d’avoir eu un rapport non protégé (un rapport non protégé pouvant être un oubli, une rupture ou un glissement).” Une réaction négative parmi beaucoup d’autres.

“Si on vous suit, il est honteux pour une personne de se rendre aux urgences afin de demander un TPE (Prophylaxie d’urgence), ou un simple dépistage?” Des personnes issues du monde médical ont aussi condamné cette campagne. ” Si, un jour, je m’occupe de vous, sachez que vous pouvez, à mes collègues et moi, nous dire ce genre de choses. (…) On est soignants. Pas juges”, commente un infirmier sur Twitter.

“Humour et codes des ados” “C’est aberrant qu’en 2018 on considère toujours le préservatif comme seul moyen de prévention et que l’on stigmatise à ce point les jeunes” regrette dénonce-t-il. C’est quoi, le message qu’on envoie ? Ne parle pas de tes relations non protégées à ton médecin”, regrette Aurélien Beaucamp président de l’Association de lutte contre le VIH, interrogé par le magazine TÊTU.

Face à l’ampleur de la polémique, Santé publique France s’est défendu. “Il s’agit d’une campagne de promotion du préservatif qui utilise l’humour et les codes des réseaux sociaux, des adolescents”, peut-on lire sur le site de Franceinfo. “Il est difficile pour les adolescents de parler de sexualité avec des adultes en général, y compris les professionnels de santé aussi bienveillants et accueillants soient-ils. C’est ce point de vue des adolescents que la campagne adopte à travers 7 messages différents.”

Auteur: 7sur7.be – 7sur7.be

Laisser un commentaire