Campagne arachidière 2019 : Babacar Diop décrie l’échec de la Sonacos

Les Forces démocratiques du Sénégal déplore l’état de la campagne arachidière du Sénégal en 2019. Son secrétaire général, le Dr Babacar Diop, dans le communiqué parvenu à Senego, de noter les échecs d’un système en souffrance dont la Sonacos est au cœur.

Les objectifs de la Sonacos compromis

« Pour la campagne agricole 2019-2020, la Sonacos s’est fixé l’objectif d’acheter 150 000 tonnes d’arachide, contre un objectif de 85 000 tonnes pour la campagne précédente. Toutefois, après près de deux mois d’exercice, le bilan reste très en-deçà des objectifs affichés.

Pis, précise Dr Babacar Diop, « à la date du 16 janvier 2020, la Sonacos a collecté moins de 32 000 tonnes d’arachide, soit moins de 22% de l’objectif fixé, à moins de sept semaines du terme de la collecte ». Au regard de ce bilan mitigé à mi-parcours, note-il, « il est difficile d’imaginer la Sonacos parvenir à atteindre l’objectif qu’elle s’est fixé ».

Un prix de vente inférieur, une des causes

Pour Babacar Diop, l’échec s’explique, entre autres, par l’homologation d’un prix de vente inférieur à celui du marché.  Ainsi, le Président Macky Sall a fixé le prix du kilogramme d’arachide à 210 FCFA, sans tenir compte de l’évolution de l’indice des prix à la consommation.

« Une situation qui a également ouvert la voie à la Chine dont les opérateurs ont fixé un prix d’achat supérieur à celui proposé aux agriculteurs locaux. Cette situation compromet l’objectif de production de la Sonacos, mais elle profite aux producteurs locaux qui trouvent l’opportunité de vendre à l’étranger à un meilleur prix ».

Les paysans snobent la Sonacos qui…

Un facteur important de ce déséquilibre se trouve dans le prix fixé par la Sonacos et rejeté par la plupart des agriculteurs, notamment ceux qui ont les moyens de stocker leur production ou de trouver d’autres acheteurs tels que les Chinois. proposant des prix allant de 250 à 300 FCFA.

 …Licencie ses agents

Cette réalité amène d’ailleurs l’entreprise à vouloir rationaliser son effectif par le licenciement de 1 050 agents. En somme, c’est toute cette situation de marché qui illustre l’échec de nos pouvoirs publics dans la planification structurelle du secteur agricole, à la fois aux niveaux primaire et secondaire.

In fine les Forces démocratiques du Sénégal demande au gouvernement d’écouter la souffrance du monde rural et des travailleurs. La fermeture de la Sonacos coïncidera avec l’arrêt de la dépense quotidienne pour des milliers de familles ».