Brexit: « Aucune alternative à Theresa May n’apparaît…

0

Depuis lundi, le Royaume-Uni est secoué de plein fouet par les effets incertains du Brexit, référendum actant la sortie du pays de l’Union Européenne. Mardi, les députés britanniques ont infligé un camouflet historique à la cheffe du gouvernement, Theresa May. 432 élus contre 202 ont rejeté le projet d’accord présenté par la première ministre après des mois d’âpres négociations à Bruxelles. Visée par une motion de censure le lendemain, la conservatrice a toutefois été confortée à son poste par les mêmes élus.

Une situation inédite mais pas contradictoire selon Agnès Alexandre-Collier. Pour cette universitaire spécialiste de la politique anglaise et actuellement en délégation CNRS à la Maison Française d’Oxford, Theresa May profite de la crise de « leadership » politique que traverse le pays pour se maintenir à la tête du gouvernement britannique.​

Theresa May vit-elle selon vous, ses derniers jours à la tête du pays ?

Si Theresa May avait voulu démissionner elle l’aurait fait depuis longtemps. Mercredi, elle a été confortée dans son statut avec le rejet de la motion de censure qui la visait directement. Certes les députés ont voté la veille un rejet historique de son projet d’accordsur la sortie de l’Union Européenne. Mais la crise de leadership politique que traverse actuellement le pays ne permet pas d’envisager d’autre alternative à Theresa May.

Si elle cristallisait réellement les critiques, la motion de censure aurait été votée, il y aurait eu une dissolution du Parlement britannique et de nouvelles élections. Or, les députés ne veulent pas de son opposant Jeremy Corbyn (parti travailliste, gauche) et elle le sait. Elle joue là-dessus et quoi qu’on en dise, elle continuera d’être soutenue tant qu’aucune figure alternative n’émergera.

Laisser un commentaire