Bougane Guèye Dani: le Don de soi, un pari réussi qui lui vaut beaucoup de sympathie…

56
Discours politiques rejetés pour des parcours d’hommes crédibles: un nouveau paradigme se dessine chez les Sénégalais



L’actualité nationale, même dominée par le tiraillement de la couronne de la victoire des élections législatives entre Benno et l’inter coalition Yewwi-Wallu, ne saurait éclipser un fait inédit qui restera dans les annales de la scène politique sénégalaise. Bougane Guéye Dani, un homme qui s’éloigne de la politique politicienne, mais qui marque chaque jour son empreinte de façon inattendue. Comment quelqu’un qui n’attend aucun retour d’une élection à retombées mirobolantes peut-il se donner corps et âme pour la victoire des autres ?
Au Sénégal et peut-être même largement en Afrique, être appelé « honorable député » est perçu comme un signe de prestige. Mais avec les avantages qui découlent de l’accession à ce poste de député, (salaire, passeport diplomatique, voiture de fonction, carburant et autres primes), certains vont même jusqu’à battre une campagne « mystique ». Alors quelle leçon faut-il tirer de celle bénévole de Bougane Guèye Dani, cet homme éliminé injustement et par calcul, des joutes législatives, qui bien que n’attendant aucun avantage s’est donné corps et âme pour la victoire des autres ?
En revisitant l’histoire politique sénégalaise, de Senghor à Macky Sall, en passant par Abdou Diouf et même Abdoulaye Wade, c’est presque impossible de retrouver sa posture dans les formations politiques et sa façon de faire la politique. Juste pour rappel sur des faits récents, certes pour dénoncer l’injustice de son élimination, preuves à l’appui Bougane Guèye est allé même se concerter avec les missions diplomatiques accréditées au Sénégal, non pas pour ternir l’image d’un pays qui lui tient à cœur, mais alerter sur les dérives d’un régime presque totalitaire qui ne rechigne sur rien pour espérer écraser son opposition. Car même constaté par l’opinion internationale, le fait indéniable est que sous le régime de Macky Sall la démocratie a vivement régressé.
Si avec la démocratie naissante à son époque, Senghor a eu la noblesse de démissionner pour céder le pouvoir, le règne de ses successeurs a toujours été jalonné de violence et de pertes de vie, avec une politique qui n’a jamais profité au peuple, mais aux puissances étrangères.
Bougane Guèye, le leader d’un mouvement citoyen, devenu aujourd’hui une grande coalition et troisième force politique du pays, plus connu en tant qu’homme d’affaire self-made-man, dégouté par ces manigances des politiciens toujours en boucle et prêts à tout pour défendre leurs intérêts «politico-personnels», semble leur dire « Assez ! Trop, c’est trop ! »
C’est pourquoi éliminés lui et sa coalition des législatives, avec ses propres moyens, ses fidèles compagnons, mais surtout sa foi et son programme « Non à un troisième mandat », il a bravé la pluie et la chaleur, pataugeant dans les eaux en zones inondées, allant même jusqu’à l’intérieur du pays, apportant sans conteste une grande contribution à cette victoire de l’opposition qui sera historique.
Que gagne-t-il en retour ? Rien, serait-on tenter de dire. Mais à y voir de près, cette image qu’il forge chez les jeunes aura demain de fortes retombées. Mais force est de reconnaitre aussi que de nos jours des jeunes solitaires politiques comme Bougane y’en n’a pas deux.
Oui, combattu et malmené par un pouvoir aux abois, le leader de la coalition Geum Sa Bopp, n’a pas peur d’être seul aux commandes pour mener notre bateau (Sunugaal) vers les îles aux trésors. Et dès son entame, ce passionné de ce «Sunugaal», que Bougane avait promis de faire la politique autrement. Ce qu’il est en train de confirmer à petit feu avec les actes et les paroles concrètes qu’il pose jour pour jour. Même si en politique, être seul signifie s’exposer face à tous les dangers.
A le voir parler et acter en tant qu’opposant radical, on ne peut se rappeler d’aucune figure ou personnage politique. L’homme semble unique dans son genre depuis la nuit des temps politiques au Sénégal.
Va-t-il aboutir à ses fins avec cette philosophie qu’il mène sans aucun doute ?
Une question qui reste dans l’esprit des sages observateurs politiques et de ses proches.