Bassirou Diomaye Faye : « Les preuves, vous ne les aurez peut-être jamais »

L’affaire des 94 milliards s’est invitée ce lundi, à l’émission 7 politique diffusée par la 7tv. L’invité Bassirou Diomaye Faye, coordonnateur du mouvement des cadres de Pastef, est revenu avec précision sur cette affaire et sur l’implication de l’ancien directeur des domaines, Mamour Diallo.

La plainte

Sur la plainte annoncée par l’ancien directeur des domaines, Bassirou Diomaye Faye déclare : « Il peut se sentir diffamé parce que accusé à tort de faits graves qui portent sur son honorabilité, en tant que père de famille.. » Pour lui, cette plainte, « elle est naturelle, si on vous accuse d’avoir détourné ou de contribuer à un détournement à hauteur de 94 milliards du Sénégal et que toute la presse en parle.  »

La Commission d’enquête parlementaire

Le coordonnateur du mouvement des cadres de Pastef, concernant le blanchissement de Mamadou Diallo par la Commission d’enquête parlementaire. « Ce blanchiment-là ne peut pas être fait par une Commission d’enquête parlementaire », précise-t-il.

Le procès 

Par ailleurs, Bassirou Diomaye Faye rappelle que Mamour Diallo « avait dit qu’il allait coller un procès pour que la justice le lave à grande eau. Il aurait pu demander une amende très lourde, des dommages et intérêts très lourds ou même le franc symbolique, juste pour montrer que c’est pour son honneur qu’il se bat ».

La deuxième plainte

En attendant la plainte de Mamour Diallo, les partisans d’Ousmane Sonko garde leur sérénité. « On attend vivement cette plainte », martèle M. Faye. Car selon lui, « elle contribuera au moins à éclaircir les choses, car le procureur n’a rien fait. » Alors qu’au niveau de leur parti, dit-il, « nous avons fait une deuxième plainte. Et de cette dernière, nous avons cette fois-ci, pour éviter qu’il ne dise qu’il n’est pas nommément cité. Nous l’avons nommément cité, lui et ses complices qui sont cités dans cette affaire ».

Les preuves 

Sur les preuves que Ousmane Sonko annonce détenir, il confirme et déclare que « Pastef reste souverain sur le timing et le contexte dans lequel il communique sur certains sujets. » Par ailleurs, Bassirou Diomaye Faye dit : « Ces preuves, vous ne les aurez peut-être jamais. Parce qu’il y a des preuves que vous ne pouvez pas avoir. Même si Ousmane dit ça, je ne suis sûr pas que ses avocats le laissent tomber sur le coup du recel de document administratif. »