Ayant accouché et malade du cœur : La double souffrance d’une dame soupçonnée d’avoir chopé le coronavirus à Le Dantec

Son histoire est triste. Très triste. Elle donne des frémissements aux personnes sensibles. Aissatou (nom d’emprunt) a mal dans sa chair, à cause du traitement qui lui a été réservé à l’hôpital Aristide Le Dantec.
Suspectée d’avoir chopé la maladie du coronavirus, alors qu’elle était en état de grossesse, elle a été rejetée par les médecins qui étaient censés la prendre en charge, l’assister et la soutenir en ces moments douloureux. Hélas, elle a été laissée à son propre sort.
En effet, Aissatou avait une grossesse très compliquée. Elle ressentait constamment des douleurs. Sur ces entrefaites, les médecins ont décidé d’interrompre la grossesse par césarienne, alors qu’elle était à son 7e mois. Son état de santé étant critique, elle a été finalement admise en réanimation et le bébé a été évacué.
Tout allait bien, au début. Son hospitalisation dans l’établissement sanitaire se déroulait sans anicroche, d’autant plus qu’elle a été bien accueillie par le personnel de l’hôpital. Mais tout a changé à sa sortie de l’unité de réanimation. Ce, parce que les spécialistes avaient décelé en elle des symptômes de la maladie du coronavirus. Ils disaient qu’elle était un cas suspect.
 C’est alors le début de la descente aux enfers pour elle. Non seulement on ne prend plus soin d’elle, mais les médecins la fuyaient comme si elle avait la peste.
 «Elle a été abandonnée à son sort, malgré sa grossesse compliquée et sa maladie du cœur. Pire, elle a été testée au coronavirus et les résultats sont revenus négatifs. Mais malgré cela, elle n’était plus prise en charge», raconte un proche de la dame, le cœur meurtri. 
«Je peux dire qu’elle a été même victime de stigmatisation. C’est la raison pour laquelle les membres de sa famille, ne pouvant plus supporter le traitement qu’on lui infligeait, ont demandé qu’elle quitte l’hôpital, malgré la douleur qui la tenaillait. Car, en plus de la grossesse, elle souffrait d’insuffisance cardiaque», s’est-il désolé. 

Seneweb a contacté un des responsables de l’hôpital Le Dantec. Ce dernier, à son tour, a promis de prendre cette affaire en main.