AVIS D’EXPERT: «La main sur le coran, une communication dangereuse»

La main sur le coran, Aliou Sall a clamé son innocence devant le peuple sénégalais. Joint au téléphone par Seneweb, l’Analyste politique et Docteur en communication, Momar Thiam a décortiqué la stratégie communicationnelle de l’ancien Directeur de la Caisse de dépôt et consignation. Il la juge « dangereuse ».

Un jeu communicationnel dangereux

De prime abord, Momar Thiam affirme que dans un pays laïc comme le Sénégal il n’est pas nécessaire d’utiliser le coran pour prouver son innocence. « En général ce type d’acte communicationnel est posé dans les pays islamiques. Au Sénégal les affaires de la cité doivent se régler au niveau de la justice. Si Aliou Sall se presse à l’emprunt du livre coranique pour prouver son innocence, il se livre à un jeu communicationnel dangereux », estime l’analyste politique. Il continue « l’opinion sera édifiée par l’action des hommes politiques et de la société civile. Mais surtout par la justice. Il n’avait pas besoin de se prêter au rituel du coran sachant que la vérité éclatera ».

Aliou Sall à bout de souffle

 Loin de s’en arrêter là Momar Thiam juge que le frère du président de la République semble être à bout de souffle. En effet il expliqu’« Aliou Sall a mis en place tout un rituel pour jouer sur l’affect des Sénégalais. Habits blancs, main sur le coran, il fait appel à l’émotion du Sénégalais musulman ». Mais ce qu’il semble ignorer c’est qu’ «en matière de communication, l’émotion est quelque chose d’instantanée. La raison reprend toujours le dessus et là les citoyens diront que c’est vrai qu’il a juré sur le coran mais ça ne prouve rien. C’est à la justice de nous éclairer sur la véracité ou non de cette affaire ».

Trop de communication tue la communication

Pour mieux analyser l’acte posé par le maire de Guédiawaye, Momar Thiam est revenu sur le contexte de cet évènement. Et parle de communication cacophonique. « A partir du moment où il a voulu faire une conférence de presse et que cela n’a pas pu se tenir, il aurait dû se limiter au communiqué pour confirmer sa démission. Au lieu de cela, il a posé un autre acte de communication au même moment en jurant la main sur le coran.

Il s’agit d’une confusion des genres ce qui est contreproductif en communication ». Si l’on se fie à l’analyse de l’expert en communication politique Aliou Sall semble être un homme qui joue ses dernières cartes pour convaincre l’opinion. Malheureusement pour lui comme le fait savoir Momar Thiam, «la communication ne résout pas tout ». Il ajoute que «sa première conférence de presse aurait suffi pour se disculper ou apporter des explications. Toutes les communications qui ont suivi ont tout juste renforcé le doute chez les Sénégalais à son sujet».

Feuilleton Aliou Sall, la dernière saison ?

« A mes yeux, l’affaire Aliou Sall ressemble à un feuilleton avec plusieurs épisodes et plusieurs saisons », indique Momar Thiam. « La première saison c’était la première sortie d’Aliou Sall. La deuxième est celle d’Elaj Kassé qui a contribué à alourdir les charges qui pèsent sur lui. La troisième c’est le serment d’hier. La conférence de presse avortée et de l’ensemble des rituels a mis en place par Aliou Sall. Nous attendons patiemment la quatrième saison », conclut Momar Thiam.