Audit du fichier : Toussaint Manga récuse Antoine Diome et le cabinet ERA…

Les députés sont convoqués ce lundi en plénière pour examiner le projet de loi modifiant la loi N° 69 du 29 avril 1969 relative à l’état d’urgence et à l’état de siège. Occasion pour l’honorable député Toussaint Manga et et Secrétaire Général Adjoint du Pds, de récuser le ministre de l’Intérieur, Antoine Diome et le cabinet ERA choisi pour audit du fichier.

Mission politique commandée contre la démocratie, la transparence et la bonne gouvernance

En tant que représentants du peuple, nous avons l’obligation de tirer la sonnette d’alarme pour sensibiliser l’opinion sur le danger qui guette la stabilité de notre pays quant au grand complot qui se prépare actuellement avec l’audit du fichier électoral.

Nous sommes tous conscients que seul un fichier assaini, fiable et transparent pourrait garantir au peuple des élections libres, apaisées et crédibles lors des prochaines échéances électorales. Toutefois, le régime actuel faisant semblant de donner des gages de transparence dans l’audit du fichier électoral opère une fois de plus une supercherie de grande envergure pour tenter d’aveugler l’opposition, les observateurs étrangers et les amis du Sénégal.

En effet, avec l’arrivée de Mr Antoine Felix DIOME l’homme de tous les complots politiques comme ministre de l’intérieur dans le gouvernement, tous les Sénégalais avertis savent que cet homme dangereux a été nommé pour une énième mission politique commandée contre la démocratie, la transparence et la bonne gouvernance.

Rappelons aux sénégalais que l’actuel ministre de l’intérieur avait été nommé substitut du procureur spécial à la Cour de répression illicite (CREI) sans avoir le grade requis pour le poste. C’est seulement après qu’il a été promu au forceps comme substitut du procureur spécial à la CREI avant le limogeage rocambolesque de son collègue Alioune NDAO. Le forcing pour l’enrôler par tous les moyens comme procureur à la CREI avait pour objectif de mettre en œuvre une feuille de route bien établie afin d’écarter un candidat très sérieux de la première force politique de l’opposition, précisément Karim Meïssa WADE. Ceci, quitte à utiliser des moyens illégaux.

Une fois le sale boulot accompli à la CREI, une juridiction politique dont les jugements ont été systématiquement rejetés plus d’une quinzaine de fois par les grandes juridictions internationales (Nations Unies, France, Monaco, etc..) qui ont par ailleurs, condamné l’État du Sénégal non seulement pour violation des droits de l’homme et des traités internationaux, mais également à payer des dommages et intérêts de centaines de milliards de Francs CFA aux personnes qu’elle avait injustement condamnées.

C’est toujours ce même Antoine Felix DIOME qui est, par la suite, promu agent judiciaire de l’état pour assouvir encore un complot contre un autre opposant gênant, en l’occurrence Khalifa Ababacar SALL dans le but, également de l’écarter de la course à la dernière élection présidentielle.

Seul un magistrat «BENI OUI OUI» (…) pouvait accepter de violer l’État de droit et de torpiller notre démocratie.

Le Président Macky SALL conscient qu’il pouvait compter sur la personne de monsieur Antoine Felix DIOME, ce parfait «BENI OUI OUI», un manipulable à souhait (…), en a fait son ministre de l’Intérieur dans l’unique dessin d’exécuter son plan machiavélique de maintien au pouvoir après 2024.

Le  cabinet ERA BAKER TILLY n’a aucune compétence

Ce magistrat devenu ministre de l’intérieur a été désigné pour organiser un simulacre d’audit du fichier électoral avec soi-disant des experts étrangers qui en réalité sont des faire-valoir car ils ne sont que des sous-traitants. L’acteur principal qui a gagné le marché de l’audit du fichier électoral, sans en avoir l’expertise, est le cabinet ERA BAKER TILLY. Comme ils aiment répéter l’histoire, ERA BAKER TILLY a eu à travailler dans le passé sous la commande de Antoine Felix DIOME, alors procureur spécial à la CREI dans le plus grand scandale politico-judiciaire jamais connu dans notre pays pour accabler un opposant redouté.

Pour réussir ce complot juridico-politique de la CREI contre Karim Meïssa WADE, Antoine Félix DIOME avait déjà fait appel aux services du Cabinet ERA BAKER TILLY dirigé par Iba Joseph BASSE, tout comme à ceux du cabinet ADD VALUE de Abdoulaye SYLLA aux fins de fabriquer de fausses preuves contre Karim Meïssa WADE.

Pire, ce cabinet tout comme les avocats de l’État ont été incapables de justifier aux Sénégalais les milliards encaissés à l’époque au titre de la prétendue traque des biens mal acquis. Comment un cabinet aussi partisan et coloré politiquement pour avoir participé à la mise en œuvre de complots politico-judiciaires contre des opposants peut-il gérer en toute impartialité l’audit du fichier sans aucune compétence avérée en matière électorale ?

Comment ce cabinet d’expertise comptable qui a seulement six employés sénégalais de niveau cadre et dont la compétence se limite aux entreprises individuelles et aux groupes de société intervenant dans les secteurs économiques peut-il soudainement devenir un spécialiste des questions électorales ? Pire, les soi-disant experts étrangers retenus pour l’audit du fichier électoral ne sont pas des employés de ERA BAKER TILLY mais de simples sous-traitants extérieurs. Si le cabinet ERA BAKER TILLY n’a aucune compétence en matière d’audit du fichier électoral pourquoi l’État ne recrute-t-il pas directement un cabinet étranger qui dispose des compétences en interne et de l’expertise requise ?

En réalité, ERA BAKER TILLY n’a aucune compétence ni expérience en matière électorale et va tout simplement agir comme un filtre pour que Antoine Felix DIOME et le régime fassent certifier leurs manipulations du fichier électoral pour organiser la fraude et voler les échéances électorales à venir.

Je lance un appel solennel à toute l’opposition et à la société civile pour que le cabinet ERA BAKER TILLY soit récusé car étant à la solde de Antoine Félix DIOME qui va tenir les manettes et manipuler le fichier électoral à sa guise. L’une des priorités de notre combat politique pour la restauration de la démocratie et de la transparence est d’œuvrer à dessaisir Antoine Felix Diome de toutes les questions électorales.

J’interpelle les démocrates amis du Sénégal, l’USAID, l’Union Africaine, l’Union Européenne, ainsi que tous les partenaires techniques et financiers soucieux des règles de bonne gouvernance et de transparence de poser un véto clair contre cette parodie d’audit du fichier électoral.

Chers concitoyens, tous debout et vigilants pour notre démocratie parce que plus rien ne doit plus être comme avant. Soyons des acteurs dans la consolidation et la construction de notre démocratie obtenue de haute lutte.