Attaquée par les républicains, Kamala Harris visite la frontière avec le Mexique

490

En déplacement à la frontière avec le Mexique vendredi, la vice-présidente Kamala Harris a affirmé l’engagement de l’administration Biden sur la question migratoire, soulignant des “progrès” sur le respect des droits humains.

En première ligne sur l’épineux dossier de l’immigration clandestine, la vice-présidente américaine Kamala Harris s’est rendue, vendredi 25 juin, à la frontière avec le Mexique pour un voyage très attendu visant à constater les « effets » de l’afflux record de migrants, après des semaines de critiques des républicains.  
Le printemps a été marqué par des records d’arrestations à la frontière sud des États-Unis. En mai, encore quelque 180 000 personnes avaient été interpellées après l’avoir traversé clandestinement, un nouveau plus haut depuis 15 ans. 
« Le président et moi sommes absolument engagés à nous assurer que notre système migratoire fonctionne et qu’il soit humain, et j’estime réellement que nous faisons des progrès en ce sens », a déclaré la vice-présidente en visite dans la ville texane d’El Paso, alors que le nombre d’arrivées tend à baisser lors des mois chauds de l’été.  
 Pour sa première mission internationale, début juin, Kamala Harris s’était rendue au Guatemala et au Mexique en disant vouloir s' »attaquer aux causes » de l’afflux de milliers de migrants depuis cette région. Cette fois, la vice-présidente comptait « constater les effets de ce que nous avons vu en Amérique centrale ».  
« Si vous voulez régler un problème, vous ne pouvez pas juste vous occuper des symptômes », a-t-elle martelé vendredi, en réponse aux critiques des républicains qui lui reprochent d’avoir trop tardé à se rendre à la frontière. Kamala Harris a expliqué avoir choisi El Paso notamment parce que c’est dans cette ville frontalière du Mexique que l’administration Trump avait dévoilé sa « politique de séparation des enfants ». 
Sous la présidence Trump, près de 4000 enfants migrants ont été séparés de leurs familles. Plus de 2000 n’avaient toujours pas encore retrouvé leurs proches début juin. Pour les républicains cela ne fait aucun doute : Joe Biden et sa vice-présidente ont provoqué un appel d’air en promettant une politique migratoire plus « humaine » que celle de Donald Trump. 
Le milliardaire se rendra justement mercredi au Texas pour visiter la zone frontalière avec le Mexique. « Elle n’a jamais mentionné la nécessité de sécuriser notre frontière sud », ont déploré vendredi les élus du parti à la Chambre des représentants. 
D’autres épinglaient les propos de l’élue démocrate qui avait invité la vice-présidente dans sa circonscription texane, Veronica Escobar. « Bienvenus à El Paso, bienvenus chez moi, bienvenus dans la nouvelle Ellis Island », a lancé cette dernière à l’arrivée de l’équipe de Kamala Harris, en référence à la petite île située près de New York où arrivaient les migrants jusque dans les années 1950. « Les démocrates sont-ils d’accord avec l’élue Escobar ou estiment-ils que nous faisons face à une crise? », a tweeté le chef des républicains à la Chambre Kevin McCarthy.