« Atlantics » : Mati Diop et son film vus en Grande Bretagne

Le film de Mati Diop « Atlantics » , fait son bonhomme de chemin. La réalisatrice, franco-sénégalaise a été lauréate du  Grand Prix pour son film au 72ème Festival de Cannes. Et, l’agence de presse Reuters, visitée mercredi par Senego, nous donne  d’autres nouvelles du film vu Outre-Manche, en Grande Bretagne. 

Lauréat au Festival de Cannes

Pour saisir la dure réalité de la vie au Sénégal, la réalisatrice Mati Diop a choisi les jeunes qu’elle a rencontrés sur les chantiers de construction, dans les bars et dans les banlieues pauvres de Dakar comme les vedettes de  » Atlantics « , une histoire fantôme sur les migrants et leurs proches.

Le film acclamé par la critique, a remporté le Grand Prix au Festival de Cannes en mai dernier, et il atteindra un public plus large ce mois-ci, lorsqu’il sortira sur les écrans de cinéma américains et sera présenté sur Netflix, la plate-forme de projection.

Défis et autres luttes de la jeunesse

Le film est centré sur Ada, une jeune femme confrontée à un mariage forcé dont la vie s’effiloche après que son amant secret, Souleiman, s’est noyé en mer. Comme des milliers d’Africains de l’Ouest ces dernières années, il avait risqué sa vie sur la route de l’Atlantique en passant par les îles Canaries pour rejoindre l’Europe en quête d’un avenir meilleur.

Mais plutôt que de se concentrer sur le sort des migrants, la réalisatrice Mati  Diop, franco-sénégalais, met en lumière les défis et les luttes auxquels sont confrontés de nombreux jeunes au Sénégal, où environ la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté.

« C’était très délicat de faire un film sur ce sujet parce qu’on prend le risque d’enfermer toute une jeunesse et tout un pays dans le thème de l’immigration, et c’est tout ce que je ne voulais pas faire », a déclaré Diop, la première réalisatrice noire à avoir remporté le prix du jury à Cannes.

Acteurs amateurs au cœur du Sénégal

Pour préserver l’authenticité, Mati Diop a choisi de ne pas employer d’acteurs professionnels dans des rôles clés. Elle a rencontré Ibrahim Traoré, qui joue Souleiman, sur un chantier de construction. D’autres membres de la distribution ont été retrouvés à l’extérieur des boîtes de nuit ou dans les rues où se déroule le film.

Le personnage de Traoré décide de braver l’océan après n’avoir pas été payé pendant des mois pour ses travaux de construction – un problème courant au Sénégal où le sous-emploi est répandu.

Jeunesse désœuvrée

« Tout ce qui a été couvert dans le film existe au Sénégal « , dit Amadou Mbow, qui joue un policier qui finit par être possédé par le fantôme de Souleiman.

« C’est vraiment la réalité du Sénégal : mariage forcé et exploitation des jeunes. »

Le nombre de Sénégalais risquant la route de l’Atlantique a fortement diminué par rapport à son pic du milieu des années 2000, lorsque des dizaines de milliers d’entre eux ont atteint les îles Canaries ou sont morts en essayant. Mais le manque d’opportunités est un problème croissant dans un pays où plus de 40% de la population a moins de 15 ans.