ASSANE KA, AMPUTE DU DIABETE : ‘’Il m’est arrivé de retirer un petit os de ma plaie’’

Souffre du diabète depuis l’âge de 16 ans, Assane Ka a vu sa jambe gauche être amputée il y a quatre mois. Dans ce témoignage, ce jeune homme de 30 ans raconte sa terrible histoire. 
 Tout a basculé, le jour où il a pris une aiguille pour percer sa plaie. S’il savait que ça lui coûterait sa jambe gauche, sans doute qu’Assane Ka n’allait pas utiliser cet instrument de couture destiné à passer un fil à travers un tissu ou un cuir. 
 Jeune homme de 30 ans, Assane Ka a la jambe amputée. Teint clair, silhouette longiligne, c’est à l’âge de 16 ans que la vie d’Assane Ka a viré au cauchemar, lorsque le diagnostic d’un diabète a été établi. 
 Face à une maladie dont un seul membre de sa famille souffre (le petit frère de son père), Assane n’a jamais pensé être un diabétique, encore moins à son âge. «Le jour où les résultats ont annoncé que j’étais diabétique, j’étais surpris. Je ne m’y attendais vraiment pas, à mon âge», ressasse-t-il. 
 Vivre avec cette maladie chronique pendant une dizaine d’années n’était pas une mince affaire. Mais, pour Assane, pas question de se laisser abattre. Le natif de Mbour poursuivait son rythme de vie. Il travaillait comme tout jeune de son âge. En ce qui concerne le régime alimentaire que doit obligatoirement respecter le diabétique, il n’y accordait aucune importance. Il mangeait tout ce qu’il désirait comme aliment comestible. 
 Mais il s’est retrouvé avec une lésion à l’orteil : c’est là que son calvaire a commencé. «Je marchais un jour dans la rue et sans faire attention, j’ai cogné une pierre. Je me suis retrouvé avec une petite plaie sur l’orteil», rapporte-t-il. Au début, Assane négligeait la blessure. Il se faisait lui-même les premiers soins. «Je prenais juste de l’alcool médicalisée et du coton, puis je nettoyais la blessure. Mais, plus je sous-estimais la plaie, plus elle enflait petit à petit. Mais ça ne m’empêchais pas de vaquer à mes occupations. J’allais avec ma blessure au travail». 
 ‘’Lorsque le médecin a vu mon pied infecté jusqu’à la jambe  » 
 Jusqu’à ce que l’irréparable se produise. Ce jour-là, Assane a pris une aiguille pour faire sortir le pus. «Et c’est là que la plaie s’infecta. J’ai décidé alors d’aller à l’hôpital pour me faire soigner. Mais on ne me faisait que de simples pansements». Plus Assane sortait de l’hôpital avec un simple pansement, plus son état de santé s’aggravait. La plaie prenait de l’ampleur. «Il m’est arrivé de retirer un petit os de la plaie», soupire-t-il. 
 Il devient alors plus faible de jour en jour. Et c’est là qu’il a été évacué à l’hôpital Abass Ndao. Le malade était dans une situation extrême. Une fois à l’hôpital, la nouvelle tombe comme un couperet. ‘’Lorsque le médecin a vu mon pied infecté jusqu’à la jambe, il m’a carrément dit que si on ne m’ampute pas, je risquerai de mourir», lâche-t-il d’un ton triste. 
Sous le choc de la nouvelle, Assane n’en croyais pas ses oreilles. Il a du mal à croire c’est que le médecin venait de lui annoncer. «Il me fallait du soutien pour accepter cette épreuve, lance Assane. Ma famille était toujours présente pour me convaincre d’accepter. J’ai donné mon accord au chirurgien qui me prenait en charge. Et j’ai été amputé». 
 Les pansements, plus durs qu’une amputation 
Après avoir été amputé de la jambe gauche, Assane démarre une nouvelle étape de sa vie, la plus difficile, selon lui. Car, non seulement il s’est retrouvé avec un seul pied, ce à quoi il n’avait jamais songé, mais il devait aussi faire face à une série de pansements. Une autre douleur intense. 
 En fait, selon Dr Talibouya, médecin ayant suivi Assane Ka, le pansement est même plus dur à supporter que l’amputation. Des propos confirmés par la victime. 
 «Les pansements qu’on me faisait étaient mille fois plus douloureux que la blessure. Cette douleur, je ne peux l’exprimer. C’est hallucinant. Et chaque jour, je devais affronter cette ‘’torture’’. Les patients avec qui je partageais la même chambre en savent quelque chose», raconte-t-il. 
 Après six semaines d’hospitalisation, Assane Ka reçoit l’autorisation de rentrer chez lui, à Mbour. 
 Aujourd’hui, le jeune homme suit scrupuleusement son traitement et respecte à la lettre son régime. Moins de sucre et moins de gras, c’est cette consigne qu’il a reçue de son médecin. 
 « Je conseille également à mes camarades… » 
 En cette semaine de célébration de la Journée du diabète (14 novembre) Assane veut partager son histoire afin de sensibiliser les personnes atteintes du diabète. 
 Aujourd’hui, le seul conseil qu’il donne aux diabétiques, c’est «d’être courageux et de suivre leur régime» ; le plus important, à ses yeux. «Le diabète est un tueur silencieux. Si un malade trouve que sa santé est dégradante, qu’il aille voir le médecin. Je conseille également à mes camarades de trouver un appareil pour, de temps en temps, vérifier leur taux de sucre».