ARRESTATION AYANT CONDUIT À UNE BAGARRE RANGÉE ENTRE GENDARMES ET POLICIERS À OUEST FOIRE: …

L’arrestation des 5 personnes dans «le bordel de Daba Ndiaye», sis à Ouest Foire, le 30 juin dernier par les éléments du commissariat central de Dakar, a viré à une bagarre entre ces derniers et les pandores de la brigade de la Foire. Des blessés ont été enregistrés parmi les forces de l’ordre, lorsque les éléments de la Foire se sont opposés à l’interpellation des mis en cause. Jugés hier, Fatoumata Ba, Daba Ndiaye, Mame Katy Cissé, Abdou Mbaye et Leila Dramé risquent 6 mois ferme pour coups et blessures volontaires commis sur les agents de la force publique dans l’exercice de leurs fonctions, rébellion commise par plus de trois personnes et détention de chanvre indien en vue de l’usage personnel.

Comme l’a si bien indiqué le procureur de la barre des flagrants délits de Dakar hier, l’appartement de Daba Ndiaye sis à Ouest Foire est appelé la «maison de la prostitution». En tout cas, cela mérite amplement des suspicions, même si cela n’a pas été prouvé par les agents lors de leur perquisition sur lesdits lieux. En fait, du fait des va-et-vient incessants constatés dans cet appartement, certains voisins du quartier ont informé les policiers d’un vaste réseau de trafic de drogue. Pour percer le mystère, les agents enquêteurs, habillés en civil, le 30 juin dernier, vers les coups de 2 heures du matin, ont fait une descente musclée dans cet appartement. Ils y ont trouvé du beau monde, dont Abdoul Mbaye qui était en compagnie de 4 filles, en l’occurrence, Fatoumata Ba, Daba Ndiaye, Mame Katy Cissé et Leila Dramé.
Voulant procéder à leur arrestation, les éléments du commissariat central feront face à une vive résistance. En effet, ils se sont farouchement opposés à leur arrestation. C’est dans ses circonstances que l’un des occupants de l’appartement a appelé les éléments de la Brigade de la Foire pour qu’ils leur viennent en aide. Une fois que les hommes en bleu sont arrivés, ils ont eux aussi refusé que la bande soit coffrée.
Une vive altercation a alors eu lieu entre forces de l’ordre, à l’issue de laquelle il y a eu des blessés en leur sein. Mis au courant, le procureur a confié le dossier à la police. Leïla Dramé, Fatoumata Ba, Daba Ndiaye, Mame Katy Cissé et Abdou Mbaye ont été alors arrêtés et traînés au tribunal pour coups et blessures volontaires au préjudice des agents de la force publique dans l’exercice de leurs fonctions, rébellion commise par plus de trois personnes et détention de chanvre indien en vue de l’usage personnel.

Abdoul Mbaye : «ils ont débarqué vers 1h du matin, leur chef était ivre comme un Polonais»

A la barre hier, les prévenus ont totalement réfuté ces infractions qui leur sont reprochés. Interrogé, Abdoul Mbaye a soutenu que les agents de la police centrale ont fait irruption dans leur appartement à Ouest Foire aux environs d’une heure du matin. Selon toujours ses déclarations, le chef des policiers était ivre comme un Polonais. «On pensait qu’ils étaient des voleurs, car ils ont débarqué sans tenue. C’est la raison pour laquelle Fatima Ba a appelé son ami gendarme Tidiane Dia. Ainsi, à leur arrivée, les gendarmes ont demandé aux policiers pourquoi ils n’ont pas utilisé leurs armes. C’est de là qu’une bagarre a éclaté entre forces de l’ordre. Mais, je précise que personne parmi nous ne détenait de drogue par-devers lui», a-t-il laissé entendre.

Leila Dramé, Fatimata Ba, Mame Katy Cissé et Daba Ndiaye se disculpent

Sa co-inculpée, Leila Dramé de soutenir : «on nous a interpellé dans cet appartement qui est notre lieu de travail. On cuisine là-bas avant de livrer». Selon elle, les agents interpellateurs n’ont pas brandi leurs cartes professionnelles lorsqu’ils faisaient la perquisition dans l’appartement. Fatimata Ba de confirmer les propos de sa coinculpée. «C’est quand j’ai entendu des cris que j’ai appelé mon ami gendarme Chef Dia. A son arrivée, il a intimé l’ordre à l’agent d’arrêter de me bousculer. J’avoue que je suis responsable de l’altercation entre gendarmes et policiers, parce que je ne savais pas que les personnes qui étaient chez moi font partie des forces de l’ordre», a-t-elle déclaré. Pour sa part, Daba Ndiaye a affirmé avoir confondu les policiers avec des malfaiteurs à cause de leur accoutrement et leurs sandales. A sa suite, Mame Katy Cissé a abondé dans le même sens.

Le procureur: «l’appartement de Daba Ndiaye est nommé « la maison de la prostitution »»

Prenant la parole, le juge a fustigé les tapages nocturnes, les jeux d’échecs qui créent des rassemblements. Le représentant du procureur a dans ses observations, noté que l’appartement de Daba Ndiaye est nommé « la maison de la prostitution ». On sait ce qui se passe à Ouest Foire et Nord Foire», a pesté le maître des poursuites. Ce dernier, qui a souligné que la matérialité des faits ne fait l’objet d’aucun doute, a requis 6 mois ferme contre tous. «Les policiers voulaient traiter une information. Parce que c’est un lieu qui a une mauvaise réputation. D’autant plus qu’il y a eu rassemblement au moment où une maladie sévit dans notre pays. La première faute qu’ils ont commise est de nier la fonction des policiers. Sachez qu’il y a des forces de l’ordre qui font des rastas ou s’habillent en Baye Fall. Donc, c’est très normal que le policier porte des sandales. Ils ont douté de leur qualité de policiers et l’une d’entre elles, Fatima Ba, a appelé un gendarme. C’est là que la rébellion a commencé. Ils ont refusé de suivre les policiers», a noté le parquetier.
Concernant la défense, Me Souleymane Soumaré reconnait qu’il y a eu des policiers blessés. La robe noire qui déplore ce qui s’est passé de rétorquer : «on ne peut pas parler de résistance morale. On dit avoir trouvé du chanvre indien, mais on ne nous a pas dit par-devers qui, parce que tout simplement il y a eu une absence de matérialité des faits. Je plaide une application bienveillante de la loi, car au moins, il y a un problème de compétence entre la police et la gendarmerie», dit-il. Dans le même sillage, Me Bamba Cissé a fustigé le fait qu’un policier se déguise pour perquisitionner une maison. «Les forces de l’ordre se réfugient tout le temps sur le code de la drogue, mais ils ne doivent pas entrer dans une maison entre 21h et 5h du matin. C’est à cause des limiers qui se déguisent en civil que le faux et l’usurpation de fonction est en vogue. Un policier mal fagoté, on ne le voit qu’au Sénégal. Ils étaient chez eux, mais on les a intimidés vers les coups de 2 heures du matin. Raison pour laquelle ils ont croisé les gendarmes. Sur le délit de rébellion, je n’ai jamais entendu la résistance morale», a tonné Me Cissé qui souligne qu’il y a un problème d’imputabilité sur les coups et blessures volontaires. Car, dit-il, le certificat médical des forces de l’ordre est de complaisance. Délibéré aujourd’hui.