[Archive du jour] Le président Wade et Youssou Ndour, la paix des braves : Karim approuve, …

Lors d’une soirée de gala qu’elle présidait, la Première Dame du Sénégal, Mme Viviane Wade s’était immédiatement levée pour sortir de la salle dès que ce fut autour de Youssou Ndour de monter sur scène. Le fils du président, estimant que le journal du groupe Futurs médias, qui appartient au chanteur, l’en voulait, intenta une action judiciaire contre l’organe de presse, L’Observateur. Par la suite, il accusera le chanteur d’avoir voulu leur extorquer 300 millions de francs Cfa, afin d’aplanir leurs relations avec la presse. Pour tenter de l’humilier, il le convoquera devant le tribunal avec un exemplaire du saint Coran.
Les Wade s’acharneront tellement sur le « roi du Mbalax », jusqu’à amener le président de la République à lui refuser l’octroi du signal de la télévision Futurs médias, pour laquelle il avait investi 1 milliard de francs Cfa, après avoir reçu le feu vert des autorités.
Après la contre-attaque de Youssou Ndou, les conseillers du président Wade le raisonnent
De son côté, l’artiste opposera une résistance, dont la composition d’un single dénonçant les coupures intempestives d’électricité qui fera fureur. Il ajoutera que le monument de Wade n’avait rien d’africain et lui bouche un trou. Et c’était parti pour un bras de fer public. Youssou Ndour aura le soutien de bon nombre de ses pairs. Mieux, une pétition partira de son quartier natal de La Médina, pour exiger l’octroi du signal de sa télévision. Elle fera le tour du pays. Ses signataires dépassent le million et demi. Il s’en suivra une réaction du ministre de la Communication, puis de celle du chef de l’État, qui laissera entendre qu’il ne va pas autoriser une télévision financée depuis l’Extérieur. Autrement c’est Bolloré qui était derrière celle de Youssou Ndour. Le Français précisera, par écrit et sur l’honneur, qu’il n’avait rien à voir avec le projet du patron du groupe Futurs médias, qui a faitrécemment une sortie pour avertir que pour ce qui est de la politique, il ne dira plus jamais non, et que le moment venu il va faire son choix, qu’il déclarera publiquement.
Profitant du projet musical pour soutenir le peuple haïtien endeuillé par un tremblement que la chanteuse Coumba Gawlo Seck était venue lui présenter et tenait à réaliser avec Youssou Ndour, le président Wade tentera de torpiller ce dernier. Il promettra à la célèbre chanteuse un budget de 130 millions de nos francs pour organiser un téléthon et un spectacle avec de grosses pointures de la musique africaine. C’était pour écarter Youssou Ndour, afin de prouver à l’artiste qu’il était bien contournable ; même les chanteurs de son label ne furent pas de la partie, qui se soldera par un fiasco.
La paix des braves signée, Youssou Ndour sera-t-il indemniser ?
Des conseillers du président lui feront alors remarquer que se mettre à dos le chanteur le plus célèbre et le plus adulé au Sénégal, c’est se voir boycotter par une bonne partie des populations. Ainsi, suite à la demande d’audience du célèbre Rocker irlandais, les mêmes conseillers furent savoir au président que s’il le recevait sans Youssou Ndour, on dira, encore, qu’il snobe les artistes sénégalais. Ce sont ces raisons qui ont poussé le chef de l’État à signer la paix des braves avec l’artiste. Ce fut en présence de son fils Karim Wade. C’est donc le dégel.
Le conflit a porté un préjudice financier à Youssou Ndour, selon ses proches. Ils l’estiment à plus d’un milliard. Ils rappellent les propos du promoteur de lutte, qui a laissé entendre avoir signé un protocole avec la télévision Futurs médias, depuis 2007. Mais, faute d’octroi de signal à celle-ci, il s’était rabattu sur la Rts pour la retransmission des combats qu’il organise. Les Wade vont-ils dédommager Youssou Ndour, qui a endossé des charges afférentes à sa télévision depuis près d’un an ? Si oui, l’artiste va-t-il s’en contenter ? Le temps nous édifiera.
La télévision futurs médias pour bientôt
Pour l’heure, c’est le président Wade qui doit tirer les leçons du duel : un soleil est toujours au-dessus des nuages, qui ne peuvent l’éclipser qu’une faible partie du temps. On ne s’aliène pas la plus grosse pointure du showbiz sénégalais, en plus employeur et leader d’opinion. Abdoulaye Wade a intérêt à collaborer avec Youssou Ndour, qui est l’ambassadeur de bien des causes internationales. Il doit savoir également qu’il faut du tout pour faire un monde. Le paysan est aussi utile que l’entrepreneur, le sportif, l’artiste et le président. C’est dire que le chef de l’État doit fédérer les énergies, mais non les diviser. Ceci, d’autant que chacun à sa compétence, que nul autre ne peut lui ravir. Un artiste musicien peut devenir président. Berlusconi de l’Italie en est une illustration. Mais un président, sans talent, ne peut pas s’imposer musicien.
Pour preuve, Wade s’y est essayé avec un des frères du groupe Touré Kunda. Ce fut un flop. Le patron de presse du groupe Wal Fadjri, Sidy Lamine, également, avec Thione Seck. C’était encore un navet. Bref, la télévision Futurs médias risque bientôt de démarrer ses programmes. Wade est décidé de briguer un troisième mandant. Le million et demi de sympathisants de Youssou Ndour le fait saliver.