Alpha Condé : ‘’il faut adapter notre constitution à notre époque. Ça n’a rien …’’

‘’La constitution guinéenne a été faite sous le régime de transition, donc un régime d’exception. Ils ont sélectionné quelques personnes et chacun des groupes est venu avec ses propres intérêts. Parfois, nous sommes même obligés de faire des accords politiques qui sont contraires à la constitution’’, dit-il sur Iqd Medias. Rappelant que ‘’le monde a beaucoup changé. Donc, nous devons adapter notre constitution au changement du monde. Les grands problèmes qu’on a aujourd’hui par exemple, c’est le changement climatique, la protection de l’environnement. Cela doit se retrouver dans la constitution ».
A l’en croire, ‘’il y a aussi la lutte contre les mariages précoces. Dans le monde d’aujourd’hui, comme le disait Aragon, la femme, c’est l’autre moitié du ciel. Et surtout qu’en Guinée, il y a plus de femmes que d’hommes. Il faut qu’on fasse donc la promotion des femmes’’. Il a aussi insisté sur la lutte contre la cybercriminalité dans la Constitution.

‘’Il faut adapter la constitution à notre époque. Non seulement, la constitution a des insuffisances par la façon elle a été adoptée, mais aussi le monde a évolué. Il faut adapter notre constitution à ce nouveau monde. Cela n’a rien à voir avec le troisième mandat ou pas », ajoute le président guinéen, accusé par son opposition d’avoir des velléités de se maintenir au pouvoir au-delà du mandat constitutionnel.
‘’L’opposition, craignant sa défaite aux élections, crie à un troisième mandat. Il s’agit de réformer la constitution. Or, la constitution donne le pouvoir au président de la République de faire une nouvelle constitution. Il lui suffit de demander l’avis consultatif du président de l’assemblée nationale et soumettre [la nouvelle constitution] au référendum. Le peuple de Guinée a le droit d’avoir une constitution moderne qui reflète les conditions du monde dans lequel nous vivons aujourd’hui’’, tranche-t-il.
Hier, après les manifestations organisées par le FNDC contre le changement de constitution qui ont fait au moins deux morts, le président Alpha Condé a dans un communiqué signé de la Présidence de la république réitéré son appel au dialogue.