ALIOU CISSÉ : « NOUS JOUERONS CETTE FINALE POUR KOULIBALY »

Senegal's coach Aliou Cisse (R) and Senegal's midfielder Krepin Diatta arrive to give a press conference at the International Cairo Stadium on July 18, 2019, on the eve of the 2019 Africa Cup of Nations (CAN) final football match between Senegal and Algeria. (Photo by JAVIER SORIANO / AFP) (Photo credit should read JAVIER SORIANO/AFP/Getty Images)

Devant un parterre de 113 journalistes, le sélectionneur du Sénégal a évoqué le dernier sujet match de cette Can 2019 et cette atmosphère qui l’entoure, inconnue depuis 17 ans. Il est également revenu sur le sujet de l’absence de son pilier en défense centrale, Kalidou Koulibaly, suspendu pour cette finale. Morceaux choisis du face à face.

Aliou Cissé : « Depuis notre victoire en demi-finales, on s’est projeté rapidement sur cette finale. »

Aliou Cissé : « Je ne suis pas dans ce débat local vs expatriés. Le football est universel. Il y a aussi des étrangers qui ont fait un excellent boulot dans nos pays. »

Aliou Cissé : « 17 ans, c’est long. Beaucoup de nos garçons avaient peut-être 5 ans ou 6 en 2002. Ils en sont là aujourd’hui après beaucoup de travail, de désillusions, de larmes. Nous y sommes et nous ne comptons pas nous arrêter à une finale seulement. Cette génération est déterminée. »

Aliou Cissé : « On reste dans le cadre du football. La défaite contre l’Algérie est un faux pas. Ce match nous a permis de faire notre autocritique, de nous remobiliser. L’Algérie est une grande équipe mais nous avons nos arguments. »

Aliou Cissé : « Une finale, souvent, c’est un match fermé. Il y a beaucoup d’émotions, de stress, cela se joue sur des détails. J’espère que la fête soit belle et que cette Can permette de faire respecter le football africain. »

Aliou Cissé : « Ce sont des détails et des micro détails qui font la différence. »

Aliou Cissé :  » Kalidou Koulibaly est un garçon exceptionnel. Il fait partie des meilleurs défenseurs du monde. Je lui avais promis une finale et un mondial. Je suis triste qu’il ne joue pas la finale. Son absence est une perte mais nous avons choisi 23 joueurs. Nous jouerons pour lui. »

Aliou Cissé : « Sadio Mané est concentré sur l’objectif de gagner cette finale. Le débat du ballon d’or n’existe pas pour nous. Ce qui importe, c’est de remporter cette coupe que nous attendons depuis l’indépendance et la ramener au pays. »

Aliou Cissé : « Les tirs-au-but, je n’en fais pas une fixation. Les plus grands joueurs au monde en ont raté. C’est un exercice qu’on fait souvent à l’entrainement. S’il faut aller aux tirs-au-but pour gagner, on sera prêts. On a de très bons tireurs aussi. »

Aliou Cissé : « Il n’y a pas de discours spécial. Depuis le début, je disais qu’il fallait les matchs les uns après les autres. Une finale, c’est un match spécial. Il ne s’agit pas de tenir un discours va-t-en-guerre. »

Aliou Cissé : « Nous avons un collectif fort et si vs regardez le 1er match avec un peu plus de lucidité vous verrez que le contenu n’était pas mauvais et qu’il n’y a pas de différence de qualité entre les deux équipes. »

Aliou Cissé : « La mobilisation de notre peuple est une grosse motivation. Nous avons la chance de faire un métier magnifique. Il y a beaucoup de gens qui se réveillent et font un travail qu’ils n’aiment pas. »

Aliou Cissé : « C’est décevant que les stades soient un peu vides. Le football africain a besoin de plus de visibilité. Espérons que la finale soit différente sur ce plan. »

Aliou Cissé : « Ce qui a changé, c’est l’état d’esprit de nos garçons. J’y tiens énormément. Le talent ne suffit pas. »

Aliou Cissé : « Ce match contre le Cameroun en 2002, on aurait pu le gagner dans le jeu. Avec peut-être un peu plus de lucidité, on aurait pu marquer. Le match avait été compliqué par la suite avec la chaleur… Après, ça se joue sur des détails. »