Afrique du Sud : un Nigérian écope de 129 ans de prison

Un tribunal sud-africain a condamné mercredi un Nigérian, Ediozi Odi, à six peines de prison à vie et à 129 ans d’emprisonnement.

Ediozi Odi a été condamné à trois peines d’emprisonnement à perpétuité pour trois chefs d’accusation de traite d’êtres humains et à trois autres peines d’emprisonnement à perpétuité pour trois chefs d’accusation de v**l. Il a été reconnu coupable de 24 des 29 accusations portées contre lui.

Lui et ses coaccusés, Nomsa Hlalele et Luke Botha, faisaient face à plus de 20 accusations liées à la traite des personnes et pour leur implication directe dans l’utilisation de trois filles, âgées de 13 à 14 ans, comme esclaves sexuelles.

Au cours du procès, à huit-clos, le tribunal a entendu des témoignages sur la manière dont Hlalele et Botha ont réussi à attirer les trois filles. Ils ciblaient les filles des familles pauvres et promettaient de changer leur vie.

Le tribunal, présidé par le juge Natvarlil Ranchod, a appris qu’Ediozi Odi avaient transformé les filles en toxicomanes. Il leur avait également convaincu à se prostituer dans son bordel.

Heureusement, deux des filles, retenues en otage dans le bordel, ont réussi à s’échapper et ont alerté la police qui a mené une opération de sauvetage.

Indigné par les crimes d’Ediozi Odi, le juge Natvarlil Ranchod l’a condamné à la peine la plus sévère, six peines de prison à vie et 129 ans d’emprisonnement.