Affaire Petrotim : L’ancien ministre Samuel Sarr s’explique.

L’ancien ministre de l’énergie Samuel Sarr a livré sa part de vérité sur l’affaire qui défraie la chronique actuellement au Sénégal. Dans les colonnes de Dakartimes est revenu sur les débuts de l’accord avec Franck Timis.

Samuel Sarr fût la première autorité sénégalaise a entré en contact avec Frank Timis, « en tant que ministre de l’énergie, c’est moi qui ai accueilli Timis au Sénégal. Nous avons signé un Memorandum of Understnding (MOU). Et lorsque j’ai quitté le gouvernement, nous avons maintenu nos relations », soutient Samuel Sarr. Ce dernier a affiché son amertume face au fait que les non-initiés s’approprient le débat, « au Sénégal, ceux qui savent ne parlent pas et ceux qui parlent ne savent pas », déplore l’ancien ministre. Ce dernier attire l’attention sur la complexité du sujet, « le pétrole ce n’est pas comme l’arachide. Nous au Sénégal, nous venons de connaitre le pétrole, mais nous devons comprendre que c’est une autre activité qui a ses modes de fonctionnement organisé par des codes, des traités, des conventions qui sont parfois au-dessus des lois nationales ». Et quid du cas Frank Timis ? Samuel Sarr se remémore, « lorsqu’il (Timis) a obtenu son contrat signé par Karim Wade suivi du décret signé par Me Abdoulaye Wade et Souleymane Ndéné Ndiaye, Timis devait immédiatement démarrer ses activités mais les documents n’étaient pas enregistrés. Macky Sall dans le cadre de la continuité de l’Etat, n’a fait que terminer ce que son prédécesseur avait commencé ». Les détracteurs de Timis soutiennent que ce dernier a cédé 60% de ses parts à Kosmos Energy en raison de son incapacité à respecter ses engagements. Samuel Sarr justifie cette démarche, « Timis a fait du Farm in avec Kosmos. Ce qui est une pratique courante dans les activités pétrolières. Si une entreprise voit des indices  dans ses recherches, elle peut contacter une société junior pour poursuivre les travaux (les forages). Et la junior va aussi faire appel à une société senior comme Kosmos a fait avec BP ». Sur les accusations qui pèsent sur Aliou Sall, Samuel Sarr décharge le frère du Chef de l’Etat, « les avocats de Kosmos et de BP ont entendu Aliou Sall pendant plus de 24 heures pour etre certains qu’il n’y a pas d’indice de corruption dans les activités de Frank Timis avant qu’ils signent avec son groupe ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici