Aéroport Blaise Diagne : levier de la croissance durable de …

Dans le maillage aérien et aéronautique, l’Afrique de l’ouest n’a jamais vu une infrastructure aéroportuaire de cette qualité avec une superficie de 42.000m2. A travers l’Aéroport International Blaise Diagne, le Sénégal exprime clairement ses ambitions pour devenir une  plateforme de correspondance de rang mondial face à l’accroissement du transport aérien. Par la même occasion, le Sénégal affiche sa volonté de devenir un acteur majeur de l’aviation civile internationale d’ici l’horizon 2022 et d’être parmi les Etats qui construiront le ciel de demain.
 
Pour des raisons incommensurables, l’Aéroport International Blaise Diagne participe non seulement au rayonnement et au développement économique et social du transport aérien africain mais il contribue également à la croissance durable du secteur aéro-commercial du continent africain. En effet, cet aéroport est un des plus utilisés en Afrique par les compagnies aériennes avec  en moyenne 2.500 mouvements d’atterrissages et de décollages par mois.  Dans le domaine du fret, le transport de marchandises au Sénégal se fait principalement par voie maritime environ 80%. Toutefois, nous notons une sacrée montée en puissance du fret aérien au Sénégal depuis le début des activités de l’Aéroport Blaise Diagne avec un bond 30% en tonnes-kilomètres.
 
Une année après le lancement de ses activités commerciales, l’aéroport côtoie déjà les plus grands aéroports du monde comme l’aéroport international Atlanta H.-Jackson en Géorgie (Etats-Unis), l’aéroport international Pékin-Capitale (Chine), l’aéroport Paris Charles De Gaulles,  dans la mesure où comme ces grands aéroports, Dakar-Aéroport est dans un beau décollage pour atteindre les cinq objectifs stratégiques de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale à savoir la sécurité, la capacité et l’efficacité, la sûreté et la facilitation, le développement économique et la protection de l’environnement. Toujours dans le cadre de l’OACI, l’Aéroport International Blaise Diagne représente un réel levier pour l’expansion de l’aviation civile parce qu’il respecte toutes les normes et pratiques recommandées par l’OACI pour un transport aérien sûr, rentable, efficace et écologiquement responsable.
 
L’aéroport international est bien plus qu’une simple magnifique infrastructure de transport. Il est un véritable microcosme qui a accueilli 2.600.000 passagers durant l’année 2018. L’aéroport est  incontestablement une ville féerique tellement le cadre est convivial et chaleureux.  Vous y trouverez des boutiques de luxe qui offre une vaste gamme de produit pour vos cadeaux ou vos souvenirs, de prestigieux lounges, des restaurants gastronomiques pour tous les goûts avec toutes les saveurs du monde.
 
Aussi à l’intérieur de l’aéroport, il y’a un niveau de sécurité et sûreté extrêmement élevé. Un dispositif et une haute technologie qui sont mis en place pour protéger les passagers, les installations et les aéronefs contre les interventions volontaires illicites et aussi contre les défaillances involontaires et techniques des aéronefs. 
 
       
Dans la perspective de contribuer à l’accessibilité de l’aéroport, Limak-AIBD-Summa, gestionnaire aéroportuaire propose des redevances aéronautiques et extra-aéronautiques raisonnables dans la mesure où les services rendus par l’entreprise concessionnaire sont bien plus supérieurs à la contrepartie financière payée par les compagnies aériennes et les commerçants. De plus, la société gestionnaire offre un service public aéroportuaire de qualité, efficace et rentable, concilié au progrès social des populations environnantes.
 
         
Le nouvel aéroport est la preuve concrète que le transport aérien du Sénégal est en plein expansion parce que cette initiative structurante fera du Sénégal un hub régional d’ici 2022 et un hub mondial d’ici 2027. Le Sénégal est dans la bonne optique pour relever ce challenge.  En termes de fréquentation, l’aéroport a réalisé des performances exceptionnelles « avec une croissance du trafic en 2018 de 9,7% sur une prévision de 4,3% et un haut niveau de la qualité de service selon les compagnies aériennes ». Toutefois, il faut reconnaître que le Sénégal devra vendre beaucoup plus l’avantage touristique du pays de la Téranga et développer de nouvelles lignes aériennes pour réussir à faire croitre le flux de passagers. Pour un développement exponentiel du transport aérien, il faudra certainement envisager de nouvelles dynamiques à élargir pour améliorer la compétitivité de l’aviation civile en définissant de nouvelles pratiques et une meilleure stratégie politique.
 
Un an après peut-on affirmer que l’Aéroport Dakar Blaise Diagne est-il devenu le premier Aéroport d’Afrique de l’ouest?  
 
 
ABABACAR BA
Master en transport et Aéronautique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici