Abdourahim Kébé sur la nomination du nouveau Haut commandant de la gendarmerie : « Macky équipe les forces et place ses bras armés à la tête »

418

La nomination du nouveau Haut Commandant de la Gendarmerie, en la personne du général de Division Moussa Fall, continue de soulever des réactions. Cette nomination aurait-elle une ambition cachée ? 
En tout cas l’ex chef de la Direction de l’information et des relations publiques des armées (DIRPA), Abdourahim Kébé assure que le régime projette « de s’appuyer sur ces forces de sécurité bien dotées et prêtes pour la répression ».
Il assure : « Avec la nomination d’un homme du sérail à la tête de la Gendarmerie nationale, Macky pose encore un acte. Ce général est un zélateur de son régime. Il a d’ailleurs été au cœur de mon arrestation à la suite des élections confisquées de 2019. Ceux qui ont lu ‘Pour l’honneur de la Gendarmerie’ du colonel Abdoulaye Aziz Ndaw en savent plus sur cet officier général ».
Colonel Kébé ajoute que : « Macky équipe les forces et place ses bras armés à la tête. Si l’équipement des forces de défense et de sécurité est à encourager dans le cadre global d’un outil dissuasif contre des visées extérieures, il reste que le plan d’équipement en matériels répressifs et d’accroissement en personnels pour un horizon ciblé (2024) cache mal un dessein inavoué dans le cadre d’un contexte de méfiance et de défiance contre un président à qui on prête l’intention de vouloir forcer un troisième mandat ».
Même si l’ambition de Macky est de faire sévir, pour le colonel, c’est peine perdue.
Puisque dit-il, « les hommes et femmes des forces de défense et de sécurité sont issus du peuple et leurs cœurs battent à l’unisson avec le pouls du peuple sénégalais ».
Il va plus loin en affirmant que « les chars, mitrailleuses, roquettes et obus n’ont pas vocation à être utilisés contre ses propres populations ». 
Ainsi, grâce à l’esprit républicain de ses cadres militaires qui ont toujours refusé d’être entraînés dans les intrigues politiques, le Sénégal a su garder sa stabilité. 
« Espérons que les nouveaux promus éviteront de se faire hara-kiri en servant de bras armé à quelqu’un qui n’incarne plus l’expression de la volonté populaire », indique colonel Kébé.