« Aar li nu bokk » : La vigilance toujours de mise

« Aar li nu bokk » a fait face à la presse ce mercredi. Occasion saisie par la plateforme citoyenne pour dévoiler la date du Samedi 06 juillet pour une manifestation avec, ou sans l’autorisation du préfet.

Un rassemblement populaire que nous voulons pacifique, massif et déterminé. La parole sera donnée aux Sénégalais, hommes, femmes et jeunes, dans cette ‘Grande Concertation du Peuple sur le Pétrole et le Gaz’. Nous rejetons les discours faussement scientifiques des autorités sur le pétrole et le gaz. Nous rejetons aussi le semblant de technicité dans lequel elles tentent de confiner ces ressources pour les soustraire du regard attentif du peuple. Un Peuple que ces autorités voudraient bien tenir à bonne distance. Mais ce sera peine perdue.“, préviennent les membres de “Aar li nu bokk”.

Sur ce, ils assurent que “la parole sera donnée au peuple sénégalais, propriétaire exclusif de ces ressources, pour qu’il dise ses plaintes et préoccupations sur la gestion du pétrole et du gaz. Les sénégalais viendront pour demander des comptes sur les actes de mal gouvernance avérés qui ont été posés; les fautes et forfaits commis et les délits de corruption présumés. Nous le réaffirmons avec force. Des fautes ont bien été commises“.

Contrairement à ce qu’a dit le Président Macky Sall, rien de permet d’affirmer que des juristes et experts ont été associés à la négociation des contrats, en particulier celui ayant lié le Gouvernement du Sénégal et Franck Timis. S’ils l’ont été, on peut bien douter de leur compétence, leur intégrité et leur patriotisme. Contrairement à ce qu’a dit Macky Sall, nous sommes convaincus que c’est un groupuscule de personnes, bien identifiées dans le rapport de l’Inspection Générale d’État, qui ont négocié et cédé les ressources du Sénégal à Franck Timis dans la plus grande opacité pour assouvir leurs propres intérêts“, regrettent-t-ils.

Aussi profitent-ils de l’occasion pour rappeler aux autorités qu’ “aucune menace ne sera jamais assez forte pour détourner ses membres des exigences de transparence et de reddition des comptes. Aucune manœuvre, qu’elle vienne des autorités ou de leurs groupuscules de jeunes se disant défenseurs d’une République qu’ils ont fini de privatiser, ne pourra nous divertir de nos exigences.” Exigences qui se résument en quelques “demandes simples mais impossibles à esquiver“.

Soit : “Identifier, poursuivre, juger et sanctionner tous ceux qui se sont rendus coupables d’actes délictuels sur la gestion du pétrole eu du gaz; Rechercher, recouvrer et rapatrier, sans conditions, les avoirs spoliés; Annuler tous les contrats signés en violation totale de la constitution et du code pétrolier du Sénégal; Mettre en place des mécanismes consensuels et stables de gestion durable et transparente des ressources naturelles du Sénégal, en particulier le pétrole et le gaz…

Ainsi, pendant qu’ils se mobiliseront à Dakar, “Aar Li NU Bokk” confie qu’ils seront des milliers d’autres sénégalais à se réunir dans plusieurs régions du Sénégal (Saint-Louis, Louga, Ziguinchor, Thiès,) sous la coordination des plateformes départementales de leurs plateforme “qui fleurissent partout dans le pays avec une rapidité inédite.Le même élan est aussi noté dans la diaspora. En France, en Espagne, au Canada, aux USA, en Grande Bretagne, en Australie, etc. Les sénégalais se mobiliseront pour exiger la restitution de leurs biens spoliés.