94 milliards : « Sonko devrait être décoré par l’Etat… »

L’affaire du titre 1451/R réévalué à 94 milliards F Cfa, opposant Ousmane Sonko à l’ex-patron des Domaines, Mamour Diallo,, est passée au peigne-fin par Boubacar Camara.

Procureur inerte

Dans l’affaire dite des 94 milliards, révélée par Ousmane Sonko, en sa qualité de député et de chef de parti politique, Boubacar Camara s’interroge sur ses tenants et aboutissants. Dans un Etat de droit, avance le Président du Parti Jengu, le régime devait enquêter sur ces faits qui pourraient être constitutifs d’un détournement présumé de deniers publics, pour édifier les Sénégalais. Mais le Procureur a été inerte, regrette-t-il. Malgré les plaintes de Sonko.

Surenchère 

inouïe

Et, c’est après que l’Assemblée nationale s’est saisie de l’affaire par le biais d’une Commission parlementaire. Laquelle Commission, selon M. Camara, a confirmé le scandale des 94 milliards et la culpabilité de certains acteurs. Et, cette personnalité politique distinguée a aussi évoqué l’expropriation de l’Etat, l’indemnisation des ayants-droit et la lenteur de la procédure, jusqu’à ce qu’une tierce personne achète le tire acquis auprès des héritiers Ndoye et de procéder à une surenchère inouïe. En faisant des bénéfices sur le dos de l’Etat.

Le rôle de Sonko

Le rôle de Sonko est clair dans ce dossier, édifie l’ancien Ige et Dg de la Douane. Et aucun de ces dossiers de fonds n’a été contredit. malgré les polémiques, L’Etat devait tirer cette affaire au clair pour éviter la dilapidation des ressources. nationales. Toutes choses qui lui font dire que Ousmane Sonko devrait être décoré par l’Etat, s’il y a l’éclatement de la vérité qui a fait éviter au Sénégal de perdre beaucoup de milliards.

Réformes

In fine, l’ancien Ige dit laisser la justice faire son travail dans ce dossier qui ne se limite pas à Ousmane Sonko. Non sans proposer des réformes. Connaitre le préjudice global, situer les responsabilités, sanctionner les fautifs, prendre des mesures pour que le foncier soit désormais géré par des organes autonomes, considérer la la spéculation foncière comme un délit, liste-t-il.