4 Morts Et Des Blessés Dans L’effondrement D’un Bâtiment à Kaolack : Le Parquet Livre Les Détails De L’enquête

189
Single Post


Single Post
4 morts et des blessés dans l’effondrement d’un bâtiment à Kaolack : Le parquet livre les détails de l’enquête
Encore des pertes en vies humaines, à la suite de l’affaissement d’un bâtiment. Cette fois-ci, les faits se sont déroulés au quartier Ndorong de Kaolack, le 29 septembre dernier. Depuis, une enquête a été ouverte par le parquet de Kaolack. 

Cheikh Dieng, dans un communiqué dont Seneweb a reçu une copie, a livré les détails de cette procédure enclenchée. Mieux, il a dévoilé les charges qui pèsent sur le mis en cause. «Les investigations confiées au commissariat d’arrondissement de Ndorong ont permis de mettre en évidence des défauts et des insuffisances critiques dans la construction du bâtiment et en conséquence une situation d’affaiblissement continue de la structure de l’édifice, connue de son défunt propriétaire. Ce dernier avait alors entrepris d’y effectuer des travaux de renforcement rapportés par la découverte d’excavations au sol destinées à des emplacements de semelles de support à des poteaux additionnels», a fait savoir le procureur de la République.

Selon le maître des poursuites, «ces travaux, exécutés sans précaution d’évacuation des occupants et en cours jusqu’au jour même de la survenance des faits, ont manifestement entamé l’équilibre déjà précaire du bâtiment, entrainant son tragique affaissement».

«Ces éléments tirés des investigations exhaustives ont été confortés par les conclusions du rapport d’expertise transmis par les services techniques en charge de l’urbanisme, suite à notre demande de concours», signale-t-il.

Aussi, il a été relevé la présence, dans le domicile du sinistre, d’une unité de boulangerie mise en service sans autorisation préalable et dont le propriétaire a été interpellé et conduit au parquet.

«Toutefois, à la lumière des conclusions finales de l’enquête, son implication personnelle a été circonscrite à la responsabilité de mise en danger de la vie d’autrui (article 307 bis du Code pénal) et d’exploitation d’une installation de deuxième classe sans autorisation administrative (article L86 du Code de l’environnement). Ces incriminations sont opportunément visées par les poursuites engagées devant le magistrat instructeur», renseigne le parquetier Cheikh Dieng.

Quatre personnes, dont un bébé de deux semaines et douze blessés ont perdu la vie dans ce drame.