3e mandat – Yakham Mbaye recadre Mbaye Ndiaye : « Macky Sall ne mérite pas ça »

Yakham Mbaye, membre de l’Apr et Directeur général du quotidien national « Le Soleil » n’apprécie pas du tout le spectacle qu’offrent certaines figures du régime, qui théorisent un éventuel mandat du Président Macky Sall. Dans un entretien accordé à « Libération », il estime que le président Sall ne mérite pas toute cette pagaille. Il fait ainsi allusion à la sortie de Mbaye Ndiaye, mercredi dernier sur la Tfm

« Mbaye Ndiaye a eu tort et gravement »

« Le ministre d’Etat Mbaye Ndiaye a eu tort, et gravement, d’avoir dit tout ce qu’il a dit. Il n’a pas le droit de tenir de tels propos, et pour plusieurs raisons, mais, je n’en citerai qu’une, qui est fondamentale : lorsqu’on est à un tel niveau de responsabilité, dans la proximité directe d’un Président de la République, il faut apprendre à se taire, se garder d’émettre des opinions. Cette sorte d’épidémie de diarrhée verbale qui nous a pris et nous poursuit, afflige et meurtrit le Président Macky Sall. (…) Personnellement j’ai fait beaucoup d’efforts pour causer moins de gêne à notre leader, et ainsi me prévaloir de cet acquis pour dire, aujourd’hui, à mes camarades, responsables politiques de premier plan, que nombre de leurs prises de position sur certains sujets à polémique qui alimentent nos détracteurs, sont fâcheuses et catastrophiques », dit-il dans un entretien avec Libération.

Selon lui, ceux qui sont dans la proximité du Président, doivent avoir conscience qu’ils ont perdu, tant qu’ils seront au pouvoir et à ses côtés, le droit d’exprimer leurs opinions en public, en dehors des cadres dédiés. « Parce que, lorsque nous ouvrons la bouche, tout le monde se dit : «C’est Macky Sall qui est derrière». Alors, qu’il n’y est pour absolument rien, car, au premier rang des vertus du Président Macky Sall, figurent deux qui sont familières à tous ceux qui le pratiquent, femmes et hommes : d’une part, il a le verbe austère, n’est pas un bavard, même avec ses plus proches collaborateurs ; d’autre part, il n’est pas un couard qui se planque pour envoyer au charbon des seconds couteaux. Il est un chef et un vrai chef », fait-il remarquer.

Il s’y ajoute qu’en ce qui concerne le ministre d’Etat Mbaye Ndiaye, note-t-il, « sa posture est impardonnable à plusieurs égards : il a accès à celui qui l’a mis là où il est ; il sait pertinemment ce que pense le Président de cette opinion exprimée ; il a un lieu indiqué, le Secrétariat exécutif national, pour exprimer, face à ses autres camarades membres de cette instance de décisions présidée par le Président de notre parti, cette opinion qu’il n’a sans doute pas eue en entrant dans les locaux de la Tfm, mercredi soir ; il ne l’a pas fait, il y a quelques jours, lors de notre dernière réunion qui a duré plus de cinq tours d’horloge durant lesquelles moult sujets ont été débattus sous la présidence de notre leader ».