3e mandat RV calé, Cohabitation, Rapport avec Sonko, Barth, Macky Sall se livre…

269
3e mandat RV calé, Cohabitation, Rapport avec Sonko, Barth, Macky Sall se livre…


Le Président Macky Sall briguera -t-il un 3ème mandat ? Le débat a été relancé, ce week-end, après la publication d’un extrait de son entretien avec Jeune Afrique. Interview parue ce lundi. Il a abordé plusieurs questions dont les Législatives, les cas Sonko et Barth, entre autres sujets. Morceaux choisis…

Troisième mandat…

Le Président Macky Sall garde toujours le suspense, du moins, cette fois-ci, il a donné rendez-vous pour se prononcer sur le sujet : « Je répondrai à cette question après les Législatives. Il sera alors temps de fixer le cap de 2024. En attendant, nous avons du travail, et nous n’avons guère le loisir de nous disperser… »

Législatives…

Malgré l’avancée fulgurante de la coalition de Yewwi Askan Wi notée lors des Locales, le chef de l’Etat reste quand même optimiste pour les Législatives. Il parle même de « nette victoire » devant l’opposition.

« Car, c’est avant tout une question de cohérence vis-à-vis des choix du peuple sénégalais, qui m’a réélu… J’ai mis en place un programme économique et social extrêmement exigeant à savoir le Plan Sénégal émergent, qui a donné des résultats incontestables à tous égards« , a-t-il rappelé.

Et Cohabitation au Sénégal…

Non sans préciser que pour que cette politique puisse se poursuivre, « le gouvernement doit avoir une majorité qui lui permette de ne pas perdre de temps. L’opposition veut une cohabitation ? Vous savez très bien que, même dans les pays développés, c’est rarement une réussite. Je ne peux imaginer un tel scénario au Sénégal« .

Stabilité…

« Le Sénégal est un régime présidentiel. On élit un président et on lui donne, dans la foulée, une majorité pour gouverner. Le passage du septennat au quinquennat a modifié l’ordre des choses, mais ne change rien sur le fond : le Sénégal, comme l’Afrique, a besoin de stabilité »

Rapports avec Ousmane Sonko ou Barthélemy Dias…

« Chacun a sa manière de s’opposer. Je ne m’attarde pas outre mesure sur mes adversaires… Pour le chef de l’Etat, l’essentiel, c’est que, dans une démocratie, il y ait une opposition forte. « Tant que l’opposition – quelle que soit la façon dont elle se comporte – est républicaine, cela ne me pose pas de problème. J’ai moi-même été opposant ; je n’ai jamais eu un mot déplacé à l’égard de ceux qui étaient au pouvoir. Cela ne m’a pas empêché de gagner les élections. Chacun son tempérament« , souligne le Président Macky Sall sur Jeune Afrique.